Apiculture ?

Pour discuter comme au bistrot notamment de ce qui ne touche pas trop la truffe.

Modérateurs : galistruffe, phil, uncinat55, jacques 37

Itack
Membre
Messages : 540
Inscription : 12 mai 2010 10:49
Localisation : Prayssas 47360

Message par Itack » 29 sept. 2011 12:41

Bonjour,
Ici aussi dans le sud ouest, ce sont des apiculteurs "à échelle humaine" avec 250 à 300 ruches avec des miel de cru également (accacia, chataigner, chêne, bruyère etc... en plus des colza et tournesol). Je possède 6 ruches dans un rucher fixe pas de transhumance de ma part et je suis dans les 15Kg de miel par ruche. Le problème des ruches, c'est qu'il y a une cause multi factorielles sur la mortalité des colonies dû: à une mauvaise alimentation (pauvre en pollen sur dans les régions monoculturale, le parasitage (varroa et frelons asiatique) et la toxicologie des produits pesticides.
Aujourd'hui, il est question de créer des jachères apicoles pour apporter suffisament de pollens aux colonies pour assurer une alimentation riche en protéines de manière que les colonies soient fortes d'un point de vue défense immunitaires.
Lorsque les colonies sont ainsi prémunis, elles sont plus fortes pour "résister" aux parasitages et aux toxicologies environnementales. J'ai la chance d'être dans une région où l'agriculture est à échelle humaine et il n'y a pas de "désert nutritionnel" pour les abeilles et les colonies vivent leur trés bien sans aucun additif ni même de sirop nourisseur car il y a dans la nature assez de diversités florales ou arbustives pour que les abeilles se développent même si les colonies vont dans les champs voisins de tournesol.
Le traitement obligatoire contre la varroatose est effectué à base de thymol et autres (eucaliptol, camphre, menthol).
J'ai été contrôlé par la direction des services vétérinaires de lot et garonne pour voir quels étaient ma méthode de traitements, application et fréquence et j'ai reçu une attestation sanitaire conforme aux maladies de l'abeille.
Des expérimentations ont été effectués sur des régions pauvres en pollens pour installer des jachères apicoles et les statistiques de survie des colonies est en hausse malgré les 2 autres critères aussi importants à savoir le parasitage et la toxicologie. Je suis le premier à vouloir réduire la toxicologie mais je cherche avant tout à bien nourrir les abeilles avec une nourriture riche en diversité florale toute l'année pour supporter le reste...
Il faut qu'il y est du sainfoin, de la luzerne, des trèfles et de la phacélie, du coquelicot du mélilot et bien sûr des haies naturelles...
Itack
Garderem la tèrra e lo truffaïre
Syl
Membre
Messages : 86
Inscription : 30 déc. 2008 16:49
Localisation : Val de Drôme

Message par Syl » 07 oct. 2011 20:07

jacques 37 a écrit :Un simple constat, "sans doute" difficilement contestable :
Nos générations passées n'utilisaient aucun produit de traitement chimique pour leur rucher, seuls quelques remèdes naturels pouvaient être appliqués en fonction des croyances de chacun.
A écouter nos anciens, car nous nous avons encore cette chance de pouvoir avoir la transmission orale et quelques écrits, ils ne subissaient pas les mortalités que nous constatons depuis quelques années ....
Cherchez l'erreur !!!!!! :mad:
Bonsoir Jacques, bonsoir tout le monde,

Je pense que pour tout un tas de productions dans le domaine agricole, ta réflexion est juste, le "progrès" a fait disparaitre tout un savoir faire ancestral, que certains essayent, a juste titre, de retrouver.

Malheureusement, je pense que ce n'est pas tout a fait vrai en ce qui concerne l'apiculture. Il y a 20 ans varroa, frelon asiatique, régent, gaucho..... n'éxistaient pas ! Aujourd'hui, rien qu'avec varroa, si tu ne traites pas en 2 ans tu perds tout ton cheptel ! Même si effectivement on sait que quelques souches arrivent a vivre avec, cela ne représente qu'une infime minorité, et qu'il faudra plusieurs décénies pour que, peut être, l'abeille puisse s'en accomoder... Continuer l'apiculture aujourd'hui telle qu'elle était il y a seulement 20 ans est voué à l'échec.


Du coup, pour en revenir à l'origine de ce post, j'ai finalement fait au printemps 2010 un stage chez un apiculteur. J'ai acheté 4 essaims et capturé un cinquième. Tous on bien passé l'hiver, puis j'ai fait au printemps des divisions à partir de trois ruches, j'ai gardé les deux dernières pour la production de miel. Aujourd'hui, j'ai 11 ruches et récolté cet été 42 kg de miel sur 2 ruches.

Je précise que mes ruches ne transhument pas, et que j'ai choisi des Warré.

Merci à tous ceux qui m'ont conseillé pour mes premiers pas. L'abeille est devenue une véritable passion....

@+Syl
Leromain84
Membre
Messages : 6525
Inscription : 05 nov. 2007 21:08
Localisation : VAISON LA ROMAINE

Message par Leromain84 » 07 oct. 2011 20:56

syl
ta raison maintenant pour continuer l'apiculture il faut être passionné car c'est plus rentable
faut nourrir changer les reines tout les deux ans traiter ...;
25 kg sur 20 ruches cette année et nous sommes deux associés .
On continu pour la polinisation et le plaisir de nourrir la planéte et de sauver l'abeille qui sauvera l'humanité.

une année nous avons produit 320 kg mais çà on ne le verra plus !
jm
VAUCLUSE PIEDS DU VENTOUX NORD
"quoique l'on dise ou que l'on fasse le cul du rabassier sentira toujours le thym"
J Gravier
Membre
Messages : 2426
Inscription : 14 déc. 2008 17:20

Message par J Gravier » 08 oct. 2011 05:56

salut à tous,

tous les apiculteurs "pro" vous confirmeront que dans le sud-est il devient impossible de produire de façon rentable avec des ruchers fixes, nous transhumons tous entre le 20 avril et le 20 mai suivant les coins.
Notre région est très bonne pour hiverner, d'autant que la saison "morte" est très courte et le printemps très favorable au develloppement des colonies, ensuite il faut "partir"..... acacia, chataignier, lavande..... il est facile de loger une douzaine de ruches sur une remorque de voiture, beaucoup d'amateurs transhument ainsi....

Joel
Leromain84
Membre
Messages : 6525
Inscription : 05 nov. 2007 21:08
Localisation : VAISON LA ROMAINE

Message par Leromain84 » 08 oct. 2011 17:52

salut Joel
il y a un peu de paperasse à faire aussi mais pour ma part j'adore le miel de thym , romarin de nos collines , je crois surtout que toutes nos ruches sont au même endroit et il y en a trop .
Le printemps sec ne nous a pas aidé.
jm
VAUCLUSE PIEDS DU VENTOUX NORD
"quoique l'on dise ou que l'on fasse le cul du rabassier sentira toujours le thym"
J Gravier
Membre
Messages : 2426
Inscription : 14 déc. 2008 17:20

Message par J Gravier » 08 oct. 2011 20:25

jm,

non !!! il n'y a pas de paperasses à faire en plus pour les transhumances, par contre même pour une seule ruche il y a normalement une déclaration DSV à faire, donc la déclaration de transhumance se fait en même temps..... rien de plus....

Non il n'y a pas trop de ruches en un même endroit..... sur la lavande il y a des ruches partout et pourtant on fait du miel...... il y a des apiculteurs qui font minimum une hausse avec 100 ruches au même endroit..... idem sur l'acacia ou le chataignier..... il y a même des apiculteurs qui ont des "semi-remorque"avec ruches fixes à l'interieur sur plusieurs rangs.....

Par contre il est vrai qu'en rucher fixe 12/20 ruches est préférable.....

Joel
Leromain84
Membre
Messages : 6525
Inscription : 05 nov. 2007 21:08
Localisation : VAISON LA ROMAINE

Message par Leromain84 » 08 oct. 2011 20:42

il n'y a pas de contrôle sanitaire à faire faire avant la transumance ?
je croyais ?
moi je suis contrôlé tout les deux ans en fixe .
Pour le miel de lavande je l'achète pour changer du mien ..
Une année j'avais mené une ruche dans les hauteurs de Sahune sur de l'aspic avec celle d'un ami : quel miel nous avions eu ! d'une finesse, j'en salive encore .
A la retraite (je vais en faire desd choses ...) si je continue cette passion j'envisagerai qq déplacement un vcopain qui a de la lavande sur Sault m'avait proposé.

jm
VAUCLUSE PIEDS DU VENTOUX NORD
"quoique l'on dise ou que l'on fasse le cul du rabassier sentira toujours le thym"
J Gravier
Membre
Messages : 2426
Inscription : 14 déc. 2008 17:20

Message par J Gravier » 09 oct. 2011 06:38

Salut jm,

non, rien du tout..... c'est toi qui sur ta déclaration DSV déclare faire personnellement un controle sanitaire avant tout déplacement... sinon pour les controles sanitaires c'est finis à partir de 2012/2013, on a eu une réunion du bureau du GDSA84, plus de sous pour indemniser l'apiculteur référent ( déja qu'il était payé que 7,5€ par la DSV déplacement compris !!!).... l'état a décidé de ne faire plus qu'un seul GDS PACA ( tous les élevages plus végétaux), avec supression des controleurs apicoles ( qui étaient tout simplement des collègues pros)

Sinon si tu ne sorts pas de ton département tu n'es pas considéré faire une transhumance, donc rien à signaler !!! tu vas ou tu veux !!!

Si ça te tente sache que pour une dizaine de ruches tu peux très bien les fixer sur une remorque et les déplacer ainsi toute la saison sans avoir à les porter.... à la tombée de la nuit tu parts..... à l'arrivée tu décroches ta remorque et c'est fini (attention prévoir tout de même un systhème antivol).... plus besoin de combi intégrale ... fini le mal au dos...


Joel
Leromain84
Membre
Messages : 6525
Inscription : 05 nov. 2007 21:08
Localisation : VAISON LA ROMAINE

Message par Leromain84 » 09 oct. 2011 17:28

bonsoir joel

encore le nerf de la guerre qui manque : restriction de partout !

cela fonctionner trop bien pour les amateurs , débutants...
l'idée de la remorque et pas mal , pour l'accacia en bordure de rivière puis lavande ...
merci du conseil je vais y réfléchir au printemps.
A+
jm
VAUCLUSE PIEDS DU VENTOUX NORD
"quoique l'on dise ou que l'on fasse le cul du rabassier sentira toujours le thym"
h84
Membre
Messages : 1689
Inscription : 01 déc. 2010 19:39

Re: Apiculture ?

Message par h84 » 13 juin 2012 06:06

Un virus très contagieux transmis par un acarien parasite "Varroa" contribuerait à la propagation et probablement à la mort de millions d'abeilles dans le monde, selon des chercheurs américains et britanniques dont les travaux ont été publiés jeudi aux États-Unis. Cet acarien, qui se nourrit du sang des abeilles au stade larvaire ou adulte, perce leur peau et déforme leurs ailes. En plus de la parasiter, celui-ci inoculerait un virus mortel à son hôte, directement dans son sang. Or les abeilles jouent un rôle essentiel pour la pollinisation de plusieurs récoltes de fruits et légumes aux États-Unis estimés de 15 à 20 milliards de dollars par an.

Cette étude, qui paraît dans la revue américaine Science datée du 8 juin, a été menée à Hawaii, où le fameux parasite a été introduit accidentellement il y a quelques années seulement, par des chercheurs de l'université de Sheffield (GB), de la "Marine Biological Association" et de l'université d'Hawaii. Celle-ci montre que le pathogène viral a accru sa fréquence parmi les abeilles dans les ruches de 10 à 100 %. Elle met aussi en lumière une réduction progressive de la diversité virale qui conduit à l'émergence d'une seule souche très virulente, comme si l'acarien l'avait "sélectionné".


La capacité de cet acarien à bouleverser de façon permanente l'environnement viral des abeilles domestiques pourrait être un facteur dans le phénomène, aux origines toujours mystérieuses, dit de "colony collapse disorder", ou CCD, observé depuis 2005, marqué par la disparition soudaine dans les ruches de millions d'abeilles adultes. Un phénomène qui s'est produit aux États-Unis mais aussi en Europe.

Laboratoire grandeur nature
Le CCD et les pertes excessives d'abeilles durant l'hiver pourraient ainsi s'expliquer par cette nouvelle souche de virus qui subsiste dans le corps des abeilles même après avoir retiré les acariens. L'acarien Varroa (1,5 x 1 mm) vit sur la peau des abeilles, s'y reproduit et se nourrit de leur sang. L'arrivée et la propagation du parasite sur l'ensemble des îles hawaiiennes ont offert une occasion unique, en 2009 et en 2010, de traquer les changements dans l'évolution de l'environnement viral de ces abeilles.

L'acarien facilite la dissémination des virus en agissant comme un réservoir viral et un incubateur. Les auteurs de l'étude notent toutefois que quatre des virus souvent liés à la disparition soudaine des abeilles dans les ruches n'ont pas été véhiculés par le Varroa à Hawaii. Cette nouvelle souche virale se transmet naturellement entre abeilles via leur nourriture ou au moment de se reproduire. Mais les acariens font pénétrer ce pathogène directement dans le sang des abeilles quand elles se nourrissent, créant une nouvelle voie de transmission en évitant nombre de protections naturelles de l'abeille, précisent ces chercheurs.

Ce virus, qui compte seulement neuf gènes, est similaire dans sa structure au virus responsable de la polio chez l'humain. Il infecte de nombreuses abeilles qui montrent des difformités classiques de leurs ailes. Mais la vaste majorité des abeilles infectées n'ont aucun signe morphologique d'une infection. La souche virale dominante trouvée dans les grandes îles d'Hawaii est identique à celle présente dans d'autres régions du monde, ce qui indique que la situation à Hawaii est un miroir de ce qui s'est passé partout sur le globe.

Par ailleurs, fin mars, des études françaises et britanniques avaient révélé qu'un pesticide très utilisé dans le monde depuis les années 1990, le Thiamethoxam (famille des néonicotinoïde), nuit aux bourdons et aux abeilles en perturbant leur système nerveux.

Le Point
Avatar de l’utilisateur
bernard
Membre
Messages : 4839
Inscription : 08 déc. 2008 09:59
Localisation : Haut-Rhin Alsace

Re: Apiculture ?

Message par bernard » 26 juin 2012 17:02

Un article que je trouve fort intéressant, une expérience qui peut faire réfléchir les septiques du bio, nous concerne tous.

http://www.lalsace.fr/actualite/2012/06 ... rendements
Dans la vie tout n'est qu'une histoire de dosage , encore faut-il avoir le courage d'oser doser !
jacques 37
Membre
Messages : 4015
Inscription : 03 août 2007 16:24
Localisation : Nord Touraine

Re: Apiculture ?

Message par jacques 37 » 29 juin 2012 06:27

Merci Bernard pour cet article révélateur, à la fois plein de bon sens, d'efficacité pérenne et de réalisme.
Ce qu'il faut comprendre, c'est notre devoir de transmission. Nous nous devons de transmettre à nos enfants ce que nous avons hérité de nos parents.
Quand comprendrons nous que le devenir sur terre de l'humain passe par le respect de celle qui nous accompagne depuis tant de milliers d'années ... :idea:
Oui au progrès mais pas à n'importe quel prix ... :!: :!: :!:
Jacques 37
h84
Membre
Messages : 1689
Inscription : 01 déc. 2010 19:39

Re: Apiculture ?

Message par h84 » 01 févr. 2013 21:01

bonsoir ,trouvé sur le site de Plein Champs posté le jeudi 31 janvier 2013

Meddy
Je ne m'attendais pas à devoir lire autant de commentaire d'écolos intégristes sur ce site.
Je suis céréalier et utilisateur de cruiser 350 sur mes semences de maïs et j'en suis très fier.
Je participe à l'amélioration de la qualité de l'eau (63 grammes de thiaméthoxam par hectare)alors que les insecticides utilisés par le passé s'appliquaient à 8 kilogrammes par hectares.
Pour votre information, les pipettes d'advantix que chacun verse, sans gants ni masque ni combinaison de protection, toutes les 4 semaines sur le dos de son chien (usage autorisé) contient 0.4 gramme de thiaméthoxam. Je vous laisse calculer la suite...

Petite information supplémentaire pour nos chers décideurs parisiens, surtout notre ministre qui a du se tromper de ministère l'écologie lui aurait mieux convenu, le site officiel de la mairie de Paris recense 200 000 chiens sur une surface de 10 500 hectares.
Et oui la concentration en thiaméthoxam est plus importante à paris que dans un champ de maïs.



Pour en finir avec nos chers apiculteurs, combien d'entre vous sont allés compter des abeilles dans un champ de maïs en fleur ? En ce qui me concerne je n'en ai jamais vu !!!,pour ma part aucun commentaire


Stop!
Meme avis que abc! Je suis en montagne (1200m) les insecticides, pesticides, herbicides y en a pas chez moi et dans un rayons de 25 km, avec une partie en natura 2000.

Sa n’empêche pas d'avoir les 3/4 (voir plus)des ruches d'apiculteur qui crèvent.
Moins de produit chimique, ça ne fera de mal a personne, mais ce n'est pas cela qui tue mes amis les abeilles chez moi!La verité est ailleurs....
Posté le jeudi 31 janvier 20
Avatar de l’utilisateur
bernard
Membre
Messages : 4839
Inscription : 08 déc. 2008 09:59
Localisation : Haut-Rhin Alsace

Re: Apiculture ?

Message par bernard » 01 févr. 2013 21:19

Je suis fier d' utiliser le cruiser et fier de tuer les abeilles serait plus honnête de sa part.
Quand on produit de l' alimentaire que l' on ne consomme pas soi-même parce que on a mis le dosage il n' y a vraiment pas de quoi être fier !!!!!
Dernière modification par bernard le 01 févr. 2013 22:07, modifié 1 fois.
Dans la vie tout n'est qu'une histoire de dosage , encore faut-il avoir le courage d'oser doser !
h84
Membre
Messages : 1689
Inscription : 01 déc. 2010 19:39

Re: Apiculture ?

Message par h84 » 01 févr. 2013 21:54

perso je n'y comprends rien en apiculture ;je loue chaque année quelques ruches pour polléniser mes fraisiers ,quoique le pollen de fraisier n'a pas besoin d'insectes pour se deplacer ;bref je respectes les doses prescrites a minima ,quand l'api vient recuperer ces ruches au maximun une vingtaine d'abeilles sont mortes devant la ruche,donc j'en conclue que si l'on respecte la reglementation il n'y auras peu de degats :cry:
Répondre