Autre Culture .

Pour discuter comme au bistrot notamment de ce qui ne touche pas trop la truffe.

Modérateurs : galistruffe, phil, uncinat55, jacques 37

Avatar de l’utilisateur
melano
Site Admin
Messages : 14894
Inscription : 03 janv. 2007 22:50
Localisation : Périgord noir

Re: Autre Culture .

Message par melano » 19 nov. 2018 08:31

Des êtres vivants brevetés ? Tu as raison il y a des trucs moches des deux côtés. Nous on développe les semences libres et les végétaux reproductibles. C'est moche aussi mais pour les grandes firmes :mrgreen:

Fred (d'humeur taquine)
Avatar de l’utilisateur
bernard
Membre
Messages : 4747
Inscription : 08 déc. 2008 09:59
Localisation : Haut-Rhin Alsace

Re: Autre Culture .

Message par bernard » 19 nov. 2018 16:15

J'avais acheté un flacon d'un litre d'huile de neem il y a quatre ou cinq ans à une foire éco-bio où on est sensé ne trouver que des produits bio. Ce n'est qu'un an après que j'ai appris que cela n'est pas autorisé en France, et je l'ai appris sur notre forum par Fred me semble-t-il. :wink: Je suis retourné à cette foire bio un après dans la ferme intention de dire au gars qu'il m'avait roulé dans la farine en affirmant que c'est utilisable en bio, mais l'oiseau n'était pas revenu comme par hasard. :evil:
Je n'ai pas des séries d'arbres à traiter, un par ci un par là, je me dis qu'il vaut mieux que j'utilise ce produit qu'un produit de synthèse. :cry:
Dans la vie tout n'est qu'une histoire de dosage , encore faut-il avoir le courage d'oser doser !
Avatar de l’utilisateur
trufou
Membre
Messages : 3470
Inscription : 16 janv. 2007 22:39
Localisation : tarn et garonne

Re: Autre Culture .

Message par trufou » 19 nov. 2018 18:23

fred,
c est parfaitement reproductible, mais illégalement.
ce qui est sur, c est que si cela fait gagner de l argent aux firmes encadrent et commercialisent, c est une veritable jackpot pour les agriculteurs qui réussissent a en avoir quelques hectares .
trufou
Avatar de l’utilisateur
trufou
Membre
Messages : 3470
Inscription : 16 janv. 2007 22:39
Localisation : tarn et garonne

Re: Autre Culture .

Message par trufou » 21 nov. 2018 19:52

bonjour,
je vient de recuperer des kiwis jaunes chez le copain .
en effet, le PSA attaque autant que sur le vert, la mortalité est tres elevé, donc les rendements faibles .
cela malgré une protection phyto tenue , au cuivre, seule protection efficace .
trufou
Avatar de l’utilisateur
bernard
Membre
Messages : 4747
Inscription : 08 déc. 2008 09:59
Localisation : Haut-Rhin Alsace

Re: Autre Culture .

Message par bernard » 25 nov. 2018 16:43

Trufou, je me suis procuré un réfractomètre, j'ai mesuré un kiwi, il affiche 12. Je vais en mesurer d'autres à l'occasion mais avec la lumière du jour.
J'ai un raisin encore sur pied actuellement, il affiche 22, cela ferait combien si transformé en vin ?
Dans la vie tout n'est qu'une histoire de dosage , encore faut-il avoir le courage d'oser doser !
Avatar de l’utilisateur
trufou
Membre
Messages : 3470
Inscription : 16 janv. 2007 22:39
Localisation : tarn et garonne

Re: Autre Culture .

Message par trufou » 25 nov. 2018 18:06

bonjour bernard,
pour le kiwi cest plus que raisonnable, mais tant qu il gele pas, tu peux attendre.
pour le raisin, le mini est de 17 ° pour un raisin de qualité.
je ne sais pas s il y a un rapport avec le taux d alcool, mais ca fera un vin rouge trop sucré, ou du blanc liquoreux .
trufou
Avatar de l’utilisateur
Trufalou
Membre
Messages : 926
Inscription : 12 août 2016 10:53
Localisation : Ardèche/Drôme

Re: Autre Culture .

Message par Trufalou » 13 déc. 2018 11:46

Comme les voitures électriques ou les éoliennes :x

Ce viticulteur bordelais a arrêté le bio, parce que trop polluant

Lomig Guillo Publié le 13/12/2018 à 10h33
Ce viticulteur bordelais a arrêté le bio, parce que trop polluant
Le château entouré des vignes. © François Poincet/Lafon-Rochet
Le propriétaire du prestigieux château Lafon-Rochet a décidé de ne pas poursuivre sa conversion en bio. Selon lui, le cahier des charges n’est pas adapté au terroir bordelais. Explications.

C’est une décision à contre-courant. Alors que, dans toutes les régions, un nombre croissant de domaines viticoles sont en cours de conversion bio (la surface qu’ils représentent a triplé en dix ans), un Bordelais a, lui, pris le parti de revenir à une culture conventionnelle mais raisonnée. Ce drôle de zèbre s’appelle Basile Tesseron, le producteur du château-lafon-rochet, grand cru de saint-estèphe très apprécié.

Son principal grief ? L’utilisation du cuivre pour traiter la vigne. “Si sur certains terroirs cela ne pose pas de problème, dans le Bordelais, l’important taux d’humidité nécessite des épandages trop conséquents. Résultat, on n’utilise certes pas de pesticides, mais on pollue la terre au cuivre. Sans compter que personne n’ignore dans quelles conditions désastreuses, pour la planète comme pour les hommes, ce métal est extrait.”

>> A lire aussi - Vin bio : 12 bouteilles sélectionnées pour vous convertir

Autre argument qui l’a amené à abandonner le bio, les multiples interventions que réclame ce mode de culture. “Rien que pour le désherbage des interrangs, c’est 28 passages par an ! Plus une dizaine pour le travail du sol, estime-t-il. Le bilan carbone est énorme. Sans compter l’usure prématurée du matériel, qu’il faut remplacer plus vite.”
“Nous vivons sur place et nos enfants jouent dans les vignes : je n’ai pas envie de les empoisonner !” © Mathieu Garçon/Lafon-Rochet
Un dernier ver ?

Autre conséquence, qui peut sembler anecdotique : la disparition des vers de terre, qui aèrent et enrichissent les sols. “Ils n’aiment pas le cuivre, et les nombreux allers et venues des machines tassent la terre.” Basile Tesseron s’attend à essuyer des critiques. Mais il assume son choix : “Passer au bio pour s’acheter une conduite n’a pas de sens, car la méthode n’est pas nécessairement la bonne.”

>> A lire aussi - Vin bio : ce prestigieux château ne regrette pas sa conversion

Pour appuyer sa décision, il déclare : “On constate tous les jours les effets du réchauffement climatique dans notre travail, mais je ne veux pas faire n’importe quoi pour autant.” Au final, selon lui, la solution réside dans une démarche responsable : “Traiter moins, accepter de perdre une partie de sa récolte et, surtout, respecter la nature.” Ainsi, alors qu’il faisait trois fois le tour de la Terre chaque année pour aller vendre ses vins, il a résolu d’arrêter totalement ses voyages en avion en 2019, pour restreindre son bilan carbone. “Pour être cohérent sur toute la ligne”. Courageux et osé !
Avatar de l’utilisateur
melano
Site Admin
Messages : 14894
Inscription : 03 janv. 2007 22:50
Localisation : Périgord noir

Re: Autre Culture .

Message par melano » 13 déc. 2018 11:52

Mort de rire. On n'est pas obligé d'utiliser du cuivre en bio. Non, il n'y a aucune obligation.

Pas plus qu'on est obligé de travailler le sol et de consommer beaucoup d'énergies fossiles.

Quelle mauvaise fois de la part de cet agriculteur.

Fred
Avatar de l’utilisateur
bernard
Membre
Messages : 4747
Inscription : 08 déc. 2008 09:59
Localisation : Haut-Rhin Alsace

Re: Autre Culture .

Message par bernard » 13 déc. 2018 11:55

Y a-t-il un nombre de traitements au cuivre imposés ? Rien ne l'oblige à traiter autant, du moins c'est ce que je pense.
Dans la vie tout n'est qu'une histoire de dosage , encore faut-il avoir le courage d'oser doser !
Avatar de l’utilisateur
Trufalou
Membre
Messages : 926
Inscription : 12 août 2016 10:53
Localisation : Ardèche/Drôme

Re: Autre Culture .

Message par Trufalou » 13 déc. 2018 12:50

En croire vos 2 posts vous ne connaissais pas grand chose à la vigne H84 vous expliquera le mildiou et en 2018 une très bonne année

Voilà ce qui est dit dans l'article : “Si sur certains terroirs cela ne pose pas de problème, dans le Bordelais, l’important taux d’humidité nécessite des épandages trop conséquents."
Avatar de l’utilisateur
melano
Site Admin
Messages : 14894
Inscription : 03 janv. 2007 22:50
Localisation : Périgord noir

Re: Autre Culture .

Message par melano » 13 déc. 2018 12:55

Ben qu'il repasse en conventionnel et qu'ils mettent du poison pour l'herbe et des fongicides pour le milidiou.

Il verra comment se portent ses sols et ses vers de terre. Il veut quoi, le beurre, l'argent du beurre et la crémière?

On ne peut pas traiter et ne pas faire de dégâts collatéraux. En bio comme en conventionnel.

Il y a des gens qui font du vin sans rien mettre. Il a qu'à prendre cette voie ça s'appelle des vins naturels. Mais casser du sucre sur le bio sans parler des ravages du conventionnel, c'est moyen car il y a bien pire.

Fred
Avatar de l’utilisateur
pancho
Membre
Messages : 3737
Inscription : 07 févr. 2010 21:04

Re: Autre Culture .

Message par pancho » 13 déc. 2018 13:35

Le problème ce sont les années pluvieuses comme cette année ,chaque semaine il a plu et vu que l'on traite avec des Tracteurs et des propulsseur qui a eux font un poids de plus de 3 tonnes ,il est difficile de traiter ou de rester planté au milieu d'une rangé et la c'est pas gagné . C'est ce qui c'est passé avec mon voisin ,il a laissé 2 tracteurs pendant plus de 3 semaines au milieu de sa vigne ,un pour tire l'autre , Il a perdu pratiquement toute sa récolte . Il faut essayer de vous mettre a la place de ces gens . Par contre , le malheur des uns fait le bonheur des autres ,nous éleveurs pour l' herbe ça été au top.
pancho
h84
Membre
Messages : 1664
Inscription : 01 déc. 2010 19:39

Re: Autre Culture .

Message par h84 » 13 déc. 2018 18:48

melano ,que le conventionnel te déplaise pas de soucis ,mais la réalité c'est que le cuivre ne s'élimine pas ni dans le corps ni dans la terre , les molécules des traitements conventionnels je n'en sais rien ,mais dans mes sols des vers de terre il y en a a la pelle ,est ce du a l'humus apporté depuis 30 ans ?
quand au vin "naturel" je connais deux producteurs ,l'un est en "faillite" l'autre a "fleurie un cru du beaujolais" a la dégustation tu a des vins "chargés" pas de netteté plein de parfum déviant , aussi depuis il est en même temps courtier et vends des vins classiques pour s'en sortir .donc sa démarche est bizarre ,d'autant qu'avant ses vins bio etaient excellents .
après il y a la question du prix ,en bio dans mon village en moyenne ils ont eu une perte derécolte d'environ 40 % ,en naturel sans travail du sol avec nos climats sec et aride tu prends moins 50 au minimum donc pour la viabilité de mon entreprise je double mes prix ??? face a la concurrence ......... ?
sachant que je n'ai pas de filet .... :( :mrgreen:
h84
Membre
Messages : 1664
Inscription : 01 déc. 2010 19:39

Re: Autre Culture .

Message par h84 » 15 déc. 2018 18:07

bonsoir , la solution est là ,l'inra a developpé des cépages résistant a la fois a l'oïdium et au mildiou ,dégusté la semaine dernière pour la première fois ,trois cépages ,un blanc et deux rouges ,c'est la qu'il faut mettre le paquet car une année climatique comme ça ,du jamais vu plus de 1200 mm d'eau le double d'une année normale ,aussi deux domaines autour de chez moi un en bio l'autre en biodynamie ont perdu entre 80 et 90 % de leur récolte ;la sa pique surtout qu'a eu deux je crois qu'ils travaillent sur plus de 500 hectares .......... :shock:
Lemarnais
Membre
Messages : 174
Inscription : 05 sept. 2014 08:52
Localisation : Marne

Re: Autre Culture .

Message par Lemarnais » 15 déc. 2018 19:23

Les cépages résistant c'est une très bonne chose mais la nature finira par trouver la faille. La faille de la monoculture, que ce soit label "BIO" ou conventionnel. Il y a des conventionnels qui sont bcp plus favorables à la biologie sous toutes ces formes que du labellisé BIO ! A quoi bon le répéter quand les gens sont persuadés d'avoir raison quand l'idéologie prend le pas sur la science. La dose fait la dangerosité.
L'UE a voté pour 4kg/ha/an cuivre lissé sur 7ans car c'est le seuil de toxicité maxi acceptable pour les sols (6kg lissé 5ans jusqu'à maintent). La redevance de pollution diffuse (taxe phyto) va augmenter de 300% dés 2019 pour le cuivre car classé fortement toxique. Le BIO va se réguler par lui même. 4kg/ha/an de cuivre c'est la pression minimale 1 année tous les 20ans.
L'intox ça a été de promouvoir un label BIO basé sur l'utilisation de phyto d'origine naturelle (Non synthétisé
), ce qui n'a rien à voir avec leur toxicité probable.
Quand je vois un gars du village BIO qui passe les charrues à cheval par limiter le tassement du sol. Et qu'il passe 25fois par an pour sulfater après chaque pluie soit 2fois plus que moi, avec un enjambeur tout beau qui pèse une tonne. C'est ça aujourd'hui ça passe par l'image en façade mais faut pas creuser plus loin.
Je parle pas du BIO hors France parce que là on me lirait meme plus. Soit, je sais pas, plus de 60%-70% du BIO consommé en France.
Déjà que les agri crèvent à cause de leur manque de compétitivité dû à la distorsion de concurrence mondiale (pas les mêmes normes), il faudrait qu'ils aillent desherber avec les dents et vivre da s une cabane dans les bois??
Répondre