mycorhization sur le long terme

Pour discuter comme au bistrot notamment de ce qui ne touche pas trop la truffe.

Modérateurs : galistruffe, phil, uncinat55, jacques 37

J Gravier
Membre
Messages : 2474
Enregistré le : 14 déc. 2008 17:20

Re: mycorhization sur le long terme

Message par J Gravier » 27 sept. 2019 08:53

Mélanotricastine, puisque je viens de découvrir ton post en mettant le mien: oui il faut de l'eau, c'est fondamental, et de plus en plus, tous les moyens sont bon pour en apporter, puit, forage, citerne…..
Pas de production à 12 ans la saison dernière c'est surprenant, on a eu une année exceptionnellement pluvieuse, il peut y avoir un autre soucis, arbres qui sont resté rachitiques ou absence de spores dans le sol.

Sinon attention quand même, dans certains sol on passe à brumale en seulement 6/7ans.... mais bon, si avec un orage de 100mm tu n'as pas les pieds dans l'eau c'est plutôt bon signe, chez moi ce genre de situation en octobre ou novembre peut être fatal, pourtant pas de flaques non plus, mais ça reste humide trop longtemps.

Joel
stef@
Membre
Messages : 2897
Enregistré le : 21 janv. 2008 14:41
Localisation : entre perigord noir et quercy

Re: mycorhization sur le long terme

Message par stef@ » 27 sept. 2019 09:13

Bonjour,
J'ai toujours dis qu'il fallait de l'eau pour avoir des truffes, après se pose le problème de trouver la bonne dose et le la qualité de la truffe mais surtout la pérennité. (j'ai essuyer des déconvenues sur le trop d'irrigation chez moi, hélas la sanction arrive les années suivantes)
Oui la truffe peut résister a une certaine sécheresse du sol encore faut il savoir où elle se situe ?
En surface ? Profonde ? Sous de la mousse, des pierres de la terre nu ?
Ou se situe l'humidité ?
Un exemple simple pour mieux comprendre.
Si on trouve les truffes dans les 10/12 premier centimètres.
L'objectif sera de toujours avoir une certaine humidité même infime dans les 10 premiers centimètres.
C'est à dire qu'il va falloir faire des sondages sur des arbres témoins (ou avoir des sondes) à différents endroits du brûler (plein sud, au nord, à l'est, en bordure, dans le milieu) pour se rendre compte du reel état hydrique en profondeur.
Oui une truffe qui est dans les 5 premiers centimètres et qui est entièrement dans le sec va résister quelques jours si on n'a une humidité en dessous de cette dernière. Combien de temps résistera telle s'en perdre de sa qualité et de sa croissance ?!
Pour le savoir depuis quelques années je fais mes propres expériences avec mon sol et surtout mes paillages.
Cette année j'ai joué très serré et fais subir à certaines truffes des conditions extrêmes à un certain moment et un apport d'eau très limite.
La réponse va venir mais au vu des truffes de marques elles se portent pas trop mal mais va falloir voir la grosseur et la qualité. A mon avis pour faire simple, arriver à 8/10cm de profondeur si j'ai plus d'humidité ou très peu j'envoi 10 mm. Je rehumidifie mes 10/12 premiers centimètres et je reste vigilant sur l'humidité de profondeur.
Le coup d'après si je vois que le sec prends le dessous je vais mettre 20 mm pour descendre à 20 cm de profondeur.
Mais à aucun moment je laisse le sec envahir la profondeur de la sol du travail (15cm soit la limite de la profondeurs de mes truffes)
A savoir que depuis 4 ans chez moi, en dessous des 15 cm mon sol c'est du très très sec à partir de mi septembre et je m'efforce juste de garder les truffes dans une humidité même relative avec une qualité très satisfaisante.
Cette année j'ai un peu trop jouer à mon goût mais on fera un bilan en fin de saison.
Avatar du membre
Leforestier
Membre
Messages : 328
Enregistré le : 31 oct. 2015 11:25
Localisation : Saumurois

Re: mycorhization sur le long terme

Message par Leforestier » 27 sept. 2019 10:52

Bonjour à tous ,
Joël tes interventions sont toujours passionnantes et je retiens que pour toi l'alternance de périodes sèches et humides fait partie d'un bon équilibre et est un facteur favorable à la production de même que l'apport ou la non cueillete en fin de récolte pour renouveler les spores . Pour ce problème ( humidité ) nous ne sommes pas entièrement maitres du jeux .
Mais que penses tu de l'alternance une année sur deux du travail du sol ? Les jeunes racines annuelles sont elles indispensables pour les mycos ou peut on les rafraichir que tous les 2 ans ?
Bernard
Ne craigniez pas d'être lents , craignez seulement d'être à l'arrêt !
jj24
Membre
Messages : 655
Enregistré le : 29 déc. 2018 18:54

Re: mycorhization sur le long terme

Message par jj24 » 27 sept. 2019 11:29

Bonjour,

Sympa vos avis et expériences!
Pour ma part, le budget des sondes n'étant pas à ma portée, je me débrouille avec les T°; mais il y a un effet retard que je ne sais pas, pour l'instant, anticipé! Je ne maîtrise pas non plus l'observation des réactions de la flore;
Les truffières ne sont pas fermées, je ne peux pas laisser le matos!!

D'accord avec Joël de bichonner les plts qui produisent bien, parce que ceux-ci ont un très bon potentiel, enfin je crois, ex: 1 seule racine d'1 charme (bon producteur) a produit une trentaine de truffes 1 saison (recouverte de terre, car mise à nue par erreur)!!
Les arbres étant en relation entre eux, il peut y avoir (pas toujours!), à défaut de potentiel, une augmentation de surface de production grâce aux arbres voisins; je pense même qu'1 arbre qui ne produit pas, au milieu d'une rangée de producteurs, a son rôle à jouer! Ex. d'arrêt de production pour l'avoir coupé!!
JJ24
J Gravier
Membre
Messages : 2474
Enregistré le : 14 déc. 2008 17:20

Re: mycorhization sur le long terme

Message par J Gravier » 28 sept. 2019 07:22

Bonjour à tous….

pffff, 2 fois que je perd mon post, l'enfer !!!
Bon, pour dire encore une fois que tout est possible et que de toutes façons il faut s'adapter à l'évolution des arbres, on ne fait pas la même chose quand ils sont jeunes que lorsqu'ils sont en début de production.
Arrivés en fin de course il faut être très prudent, il n'y a plus que quelques arbres qui produisent, ceux qui se sont révélés les meilleurs au départ, ce sont une vingtaine d'arbres à l'hectare qui font le rendement final.
Donc tout doux, j'évite de bousculer ces arbres là, mais très sincèrement, quand un arbre a produit 2 à 3 Kg de truffes, est il encore nécessaire de retourner le sol ?

joel
Avatar du membre
Leforestier
Membre
Messages : 328
Enregistré le : 31 oct. 2015 11:25
Localisation : Saumurois

Re: mycorhization sur le long terme

Message par Leforestier » 28 sept. 2019 07:37

J Gravier a écrit :
28 sept. 2019 07:22
Bonjour à tous….


Donc tout doux, j'évite de bousculer ces arbres là, mais très sincèrement, quand un arbre a produit 2 à 3 Kg de truffes, est il encore nécessaire de retourner le sol ?

joel
Merci du conseil , 2 à 3 Kg par arbre , ma grelinette a encore de belles saisons à faire ! :lol: :lol:

Bernard
Ne craigniez pas d'être lents , craignez seulement d'être à l'arrêt !
l'appalou 24
Membre
Messages : 1891
Enregistré le : 21 nov. 2012 21:47

Re: mycorhization sur le long terme

Message par l'appalou 24 » 28 sept. 2019 07:38

Bonjour.
dans mes terrains je travaille le sol,car trop d'argile, mais sans retourner celui-ci, le brassage de la terre est pour moi moi une erreur, celle déstructure trop.
a+jean claude
melanotricastine
Membre
Messages : 509
Enregistré le : 26 nov. 2009 21:40
Localisation : Sud Richerenches station de Montelimar

Re: mycorhization sur le long terme

Message par melanotricastine » 28 sept. 2019 08:15

Bonjour Joel,
Faire le rendement sur un certain nombre, c 'est bien le constat.
Car on ne sait toujours pas lancer des arbres à l'age qu'on le décide.
Je viens d 'un milieu industriel alors ma vision est certainement différente, pas toujours philosophique.
A cette heure, je considére que les arbres qui ont atteint 12, 13 ans sont passés à coté.
Et mon option, c 'est qu'ils deviennent des boulets à trainer.
J avais posté il y a quelques années la question si il fallait retirer les arbres de la truffiere à 12, 13 ans.
Tu avais fait part de ton expérience, pas trop de réponses ou débats.
Surement par sentiments, espoirs d un vaccin miracle, façon de faire on laisse en place les arbres.
Quand je disais à mon oncle, t'es arbres ont 18 ans, c 'est cuit. Il me répondait " laisse faire, le président de chasse à un arbre qui a commencé à donner à 25 ans!"
Ils ont trente ans à présent et donnent toujours rien, sauf de l énergie pour les tailler.
Ayant planté serré, je savais que cela demande beaucoup d énergie pour la taille.
Le réchauffement calme certains à présent.
J avais pris inspiration sur les anciens manuels du 19 eme, 2000 plants /hectare et à l 'age de 7 ans, les arbres qui donnent sont reperes, les voisins qui donnent pas, on les coupe. A l époque, tout bois était à prendre !!
Transplantés des arbres pour les revendre serait aussi une aubaine et un joli retour sur investissement,
mais c 'est pas de l 'olivier , il risque d'y avoir beaucoup de déchets.
Bref, on voit que quand on plante, on a des choix stratégiques à faire sur le moyen ou long terme.
Avatar du membre
melano
Site Admin
Messages : 16880
Enregistré le : 03 janv. 2007 22:50
Localisation : Périgord noir

Re: mycorhization sur le long terme

Message par melano » 28 sept. 2019 11:33

La truffe est sur les racines fines. Sur le chêne, la production peut débuter très tôt dès 3 ans. Puis ces racines s'éloignent du tronc.

Un trufficulteur attentif et aguerri suivra ces racines en préparant le terrain au fur et à mesure qu'elles avancent.

Mais certains loupent le coche. Et ces racines partent loin de l'arbre se perdre dans l'herbe.

Toutefois, vers 15 ans, tout du moins chez moi, une réitération racinaire se produit au niveau du pied de l'arbre. Si les conditions sont bonnes, mélano reprend le dessus et cette zone autrefois productive en début de production se remet à produire après un arrêt de plusieurs années.

Donc il y a effectivement des arbres qui se mettent à produire tard, sur cette réitération racinaire secondaire. Ça ne marche pas à tout les coup, mais ça fait de très très bons arbres.

Voilà une photo pour illustrer mon propos. Cet arbre a produit tôt puis il s'est arrêté. Je ne travaillais que sous la frondaison. La truffe était partie dans l'herbe. Puis, depuis trois ans, il reproduit au pied. Il a 18 ans. Mais les racines fines primaires sont loin de l'arbre dans le pré au niveau des paillages.
IMG_20190928_10220.jpg
IMG_20190928_10220.jpg (165.83 Kio) Vu 879 fois
Mon prochain boulot sera de refaire produire ces zones. Mais vu qu'il n'y a pas d'ombre, ça ne va pas être simple.

Fred
J Gravier
Membre
Messages : 2474
Enregistré le : 14 déc. 2008 17:20

Re: mycorhization sur le long terme

Message par J Gravier » 28 sept. 2019 11:39

Ben si justement, on peut les lancer très tôt et avec 80% de producteurs, c'est quand on attend qu'on ne maitrise plus rien, produire plus de 50 Kg/ha entre 6 et 12 ans c'est déjà pas mal …..
Après ce qui fait un arbre très bon producteur on en sait rien, sur 1 hectare il y en a toujours une certaine proportion, mais pourquoi ?? particularité du sol ? compatibilité génétique entre l'arbre et le champignon ? on ne sait rien de rien .
Robin a sorti les arbres "champion", pour ceux qui savent produire des truffes on peut dire qu'ils ont parfois très bien produit, mais pas plus que des arbres issus de glands, donc ça ne vient pas de la génétique de l'arbre…. après quel génotype de truffe pour tel arbre ? personne n'a jamais fait de sélection, déjà qu'il n'est pas évident de faire un arbre bien myco !! Et dans la nature ou dans nos truffières il y a autant "d'individus" que de mères sous nos arbres !!

Agritruffe a cloné pour sa part le champignon à partir de souches prélevées sur de très bon producteurs, on a pas encore le recul….. on peut avoir le même problème que pour les arbres clonés, mais inversé, pour quel arbre ?

En fait les seuls trufficulteurs à produire beaucoup et de façon régulière aujourd'hui sont ceux qui irriguent, arrivent à produire très tôt, et plantent quelques hectares tous le 3/4 ans, ce n'est qu'une question de rotation, ça produit 10 ans, ça "crache" 5/6, et puis basta.

Puisque tu viens d'un domaine ou il est possible de prévoir et donc de s'organiser pour produire, alors tu comprendras tout de suite que le problème de la trufficulture c'est le manque d'information fiable, l'amalgame entre ce que faisait les anciens et la pratique de l'irrigation qui change complètement la donne ne fait qu'embrouiller les esprits.

Puisque tu t'es penché sur les travaux de Rousseau (qui a été le premier à irriguer), n'as tu pas remarqué qu'il avait échelonné ses plantations, que les courbes de production publiées n'ont pas tenu compte de cet échelonnement, ne retenant que la production annuelle globale de l'ensemble de ses truffières.
Quand ses truffières se sont arrête de produire on a attribué ça au gel….. que néni, elles étaient arrivé au bout de leur cycle…. alors en effet ce n'est pas tout à fait faux, j'ai dis en fin de cycle "tout doux", les équilibres deviennent très fragiles.
Alors c'est sur, il a produit presque sans discontinuité pendant une vingtaine d'années, mais pas sur les mêmes parcelles et personne n'a rien vu…… de Callot à Le Tacon….. et quand je leur et dit…. et ben…. ben oui….. ben oui !!
Seulement voilà, tout le monde rêve, les anciens arrivaient à produire, oui, mais quoi ? quand ? combien ?
Mes truffières étaient à 2/3 Km de chez Rousseau, je sais ce qu'étaient ses conditions de production, la propension de ces sols à passer brumale…..la aussi, j'ai un doute sur ce qu'il a réellement produit, dans le lot il y avait forcement brumale…. faisait on la distinction entre brumale et mélano dans la deuxième moitié du 19 ème, alors qu'on ne la faisait pas à l'époque de mon arrière grand père (première moitié du xxème) ?

Joel
Répondre