Cycle de la truffe.

Le forum pour discuter de tout ce qui touche à la truffe en général.

Modérateurs : phil, uncinat55, jacques 37, galistruffe

rabase
Membre
Messages : 1291
Inscription : 14 oct. 2007 18:25

Message par rabase »

Ca serait top jerome, je prépare la bouteilles
jm16
Membre
Messages : 323
Inscription : 04 févr. 2007 10:50
Localisation : charente

Message par jm16 »

galistruffe a écrit :je place la bouteille de novembre a fevrier ( je n ai pas remarqué de difference ) et je l enleve en septembre ou octobre quand je les oublie pas , j en ai meme retirées en juillet et le resultat a été bon .Je place toujours un paillage a l endroit de la bouteilles pour éviter la surchauffe l été .jerome
Pouquoi utilise -tu une bouteille; est-ce pour isoler le substrat du sol existant pour la réusite de la myco ou bien pour enpécher l'évaporation du même genre que le marcotage des arbres fruitiers? j'ai moi aussi fait des essais du même type avec mélano, dans le terrain naturel sans enveloppe protectrice; les essais sont trop récent pour en déduire un résultat positif; le seul constat est un grand nombres de radicelles dans le substrat.
JM
rabase
Membre
Messages : 1291
Inscription : 14 oct. 2007 18:25

Message par rabase »

c'est une expérience qui à été faite en italie voir quelques réponses plus haut par LAURETTA PASQUINI, toi qu' a tu fait exactement?
rabase
Membre
Messages : 1291
Inscription : 14 oct. 2007 18:25

Message par rabase »

salut jerome si tu as un moment tu penses a faire un topo de l'expérience stp?
D'autre part pour apporter un broyat sur chênes déjà myco d'aprés ce que j'ai pu lire sur le forum il semblerait que le mieux ce soit en mars avril à la reprise , j'ai des truffes en train de pourir je les congéles ou je les mets dans la terre à coté des racines maintenant?
rabase
Membre
Messages : 1291
Inscription : 14 oct. 2007 18:25

Message par rabase »

jerome c'est re rabase si tu pouvais regarder les infos sur le topo de lauretta pasquini, ca serait cool, si tu peux, merci, aditias phil
Philippe
Membre
Messages : 205
Inscription : 26 mai 2007 22:22

Message par Philippe »

rabase a écrit :j'ai des truffes en train de pourir je les congéles ou je les mets dans la terre à coté des racines maintenant?
Bonsoir,

Tu peux les geler (bac à glace) plutôt que un -18°C.
Ensuite, tu fais sécher et les passes au pilon. Tu mouilles la poudre avec suffisamment d'eau. Tu mélanges la préparation dans la vermiculite. Celle-ci d'emprisonne les spores et les conserve là où tu les as placées.
Pour finir, tu procèdes comme ça a déjà été expliqué sur le forum.
Reste plus qu'à attendre 20 ans... :rolleyes:

"Si ton labeur est dur, et si tes résultats sont minces, rappelle-toi qu'un jour le grand chêne a été un gland comme toi..."
xavier
Membre
Messages : 117
Inscription : 06 janv. 2007 22:20
Localisation : Alpes de haute Provence

Message par xavier »

j'ai lu les deux publi du premier messages de ce post et je vais essayer de vous traduire les parties les plus intéressantes. Certains passages sont un peu opaques alors soyez indulgents si il y a qques omissions!!!!
1er publi
"Structure genetique et phylogeographique du champignon symbiotique T magnatum"

Introduction

"(...)La distribution spatiale et les besoins ecologiques de ces champignons symbiotes varient selon les especes. Certaines sont largement distribuées et ont une variabilité morphologique et moléculaire prononcée tandis que d'autres ont une distribution plus réduite et un faible polymorphisme intraspecifique à la fois dans leur trait morphologique et génétique. T magnatum, qui produit un ascocarpe blanc, est récolté uniquement en italie et... balkans.
Chez l'espece proche, T melanosporum, il y a peu de differenciation genetique entre les populations et l'espece est considérée comme auto fertile quant à sa repro sexuée et que son ascocarpe est constitué d'hyphes diploides (dicaryotiques)"
[j'ai lu que chez T melano, le nombre de chromosmes est 2n=8 pour les cellules diploides (et donc n=4 pour les haploides!). Dicaryotique signifie que la cellule compte 2 noyaux (qui comptiennent les chromosomes) n'ayant pas encore fusionné, chacun ayant n chromosomes, la cellule est donc à n+n=8. Il y a donc 4 chromosomes différents, chacun en deux exemplaires plus ou moins identiques]

"Le peu d'étude sur la structure génétique et le reproduction de T magnatum ont montré une trés faible variabilité intraspécifiques des allozymes ...
[des proteines synthetisées par différents alleles (les alleles sont les differentes variantes d'un même gene qui apparaissent par ex à la suite d'une mutation) et donc de bons indicateurs de la variabilité genetique]
... et une totale absence d'individus hétérozygotes." [donc homozygote ce qui signifie que les genes n'existent chacun que sous un seul allèle]

"Que T magnatum soit normalement dicaryotique et se reproduise par homothallisme [+ou- l'autopollinisation des champignons] ou qu'il s'agisse d'un ascomycete qui se reproduit (avec croisement exterieur) reste à déterminer."

Discussion

"... nous avons trouvé un seul allele par locus sur chacune des 351 truffes analysées" [un locus est une zone délimité sur un chromozome. Comme les cellules sont diploides chaque chromosme est en double et un locus donné renvoie à une zone précise de chacun des chromosomes jumeaux. S'y trouve le même gène et s'ils sont rigoureusement identiques, ils sont du même allèles et donc... homozygotes pour ce gène, vous aviez trouvé!!!]
"ces resultats sont cohérents avec ceux... sur T melano. La premiere interpretation de l'absence d'heterozygotes fut que ces fungi étaient fonctionellement diploides et strictement autofertiles. Nous interpretons ces donnée pour dire que l'ascocarpe de T magnatum est composée de tissu maternel haploide... [je vous l'avez dit que ce serait opaque!]
... (d'autres analyses) indiquent qu'à l'interieur de groupe geographique et même de population, des échanges genetiques ont lieu. Le nombre important de génotypes [le genotype est la carte génétique complete de l'individu par opposition au phenotype qui est la seule partie exprimée des genes] ... dans les populations" suggere que ce fungi n'est pas hautement (autofertile)... (des elements liés à la transmissions des genes (haplotype)) suggerent l'existence de recombinaisons genetiques en plus des mutations. [cad de brassage de genes au cours de la reproduction sexuée]
"L'ascocarpe est supposé etre compose de tissu maternel donc haploide. L'ADN paternel est difficile à retouver car present seulement dans les spores qui ne sont pas (percées) par les methodes d'extraction de l'ADN. De ce fait, le tissu haploide maternel était dominant et represente les genotypes observés."
[on peut comparer avec un fruit dont tout les tissus sont d'origine maternels sauf l'embryon à l'interieur de la graine (la spore) qui est possde des genes de l'ovule (la mere) et du grain de pollen (le pere)... même si le graine de pollen vient de la même plante!!!)

tout ça pour dire :
"... premieres preuves que T magnatum n'est probablement pas strictement autofertile et qu'il va falloir reevaluer son cycle ainsi que ceux des autres Tuber!!!!"

Et c'estl'objet de l'autre publi que je traduirai... une autre fois.
félicitation si vous etes arrivé jusqu'au bout!!!!

xavier
filipe

Message par filipe »

un grand merci pour la traduction .
filipe .
Avatar de l’utilisateur
melano
Site Admin
Messages : 17776
Inscription : 03 janv. 2007 22:50
Localisation : Périgord noir

Message par melano »

félicitation si vous etes arrivé jusqu'au bout!!!!
Félicitations à toi pour la traduction et les explications tout à fait pertinentes qui aident grandement à la compréhension.

Merci.

Fred
xavier
Membre
Messages : 117
Inscription : 06 janv. 2007 22:20
Localisation : Alpes de haute Provence

Message par xavier »

voici la traduction de la seconde publi, ce sera plus court vu qu'il n'y pas grand chose de nouveau.

Réavaluation du cycle biologique de T magnatum

Introduction

"... L'obtention des structures repro de cette espece en culture (in vitro) n'a jamais été observé ... pas plus que la germination des spores."
"... en utilisant une méthode (...) plus appropriée, nous sommes capable d'évaluer le cycle reproductif même sans pouvoir le reproduire en labo..."
"... jusqu'à présent T melanosporum et T magnatum sont considérés comme autofertiles du fait de la non détection d'heterozygotes. Ces etudes partent de l'hypothese que les ascocarpes sont diploides".
"... en utilisant (une autre méthode, voir la publi 1) nous interpretons l'absence d'heterozygotes par le fait que le tissu maternel haploide est dominant dans le prelevement." [il faut imaginer l'ascocarpe constitué de 2 types de tissus, le premier exclusivement "maternel" cad issu uniquement du mycelium mycorhizien, et le second issu d'une "fécondation" de ce mycelium avec, semble t il un autre distinct. Ce second tissu se limite au tissu sporigene puis aux spores]

Discussion

L'etude montre clairement que T magantum a une repro croisée et que le mycorhize est issu d'un mycelium monocaryotique."
Toutefois seules 7/10 des truffes ont une descendance polymorphe, ce qui suggere qu'il y au moins un certain degre d'autofertilité [cad que certaines truffes seaient issus de repro homothalliques et d'autres herothalliques)
(...) toutefois selon la diversité observée dans les truffes, on devrait retrouver une distribution allelique conforme à la distribution mendellienne pour les loci non liés. Or cette frequence ne se retrouve pas dans l'analyse genetique des mycorhizes (issus de ces truffes). Le genotype maternel est en effet prédominant. (les auteurs) considerent que cette prédominance peut etre du à : une meilleur capacité à coloniser la plante hote ou bien au fait qu'une partie du mycelium entourant l'ascocarpe peut developper des mycorhizes."

voili voila
xavier
Avatar de l’utilisateur
melano
Site Admin
Messages : 17776
Inscription : 03 janv. 2007 22:50
Localisation : Périgord noir

Message par melano »

Merci beaucoup. Donc pour résumer, cette publi semble réconcillier les deux écoles concernant la mycorhization.

Ceux qui pensent que ce sont les spores qui permettent d'avoir des mycorhizes ont raison, tout comme ceux qui pensent que c'est le mycélium qui joue ce rôle.

Fred
Philippe
Membre
Messages : 205
Inscription : 26 mai 2007 22:22

Message par Philippe »

Bonsoir,

Merci Xavier pour cet exposé très technique... que je conserve précieusement.
A la première lecture, j'aurais tendance à penser, "pour la faire simple", que la femelle est la mycorhize et le mâle, la spore. Pour qu'il y ait "fructification", il faut qu'il y ait jonction des deux.
De là, on verrait immédiatement un intérêt à rependre des spores autour des arbres mycorhizés. On pourrait aussi (dans certains cas), expliquer par ce phénomène la présence de beaux brulés sur des arbres bien mycorhizés, mais ne produisant jamais.
Aussi, dans la nature, les spores que la mycorhize a le plus de chance de rencontrer sont celles de ses propres ascocarpes. D'où un faible brassage génétique...

Par contre, j'ai du mal à trouver l'article démontrerais que la mycorhize de l'arbre pourrait être induite par un "mycélium mère" comme par un "mycélium père".

Bon, j'arrête là. C'est une affaire à méditer.

Fascinant ... même s'il faut bien l'avouer que certains lexèmes me dépassent un peu.
Dernière modification par Philippe le 16 janv. 2008 23:00, modifié 1 fois.
galistruffe
Membre
Messages : 3199
Inscription : 07 janv. 2007 17:49

Message par galistruffe »

merci xavier sur ce résumé , il sera pour la plus part incompreensible mais au moins .
j ai pu discuter avec des chercheurs de cette publication ainsi que des chercheur francais et israelien qui ont fait des recherches dans ce domaine .Avec eux , ce qui est embetant c est qu il cherche systemetiquement toutes les hypotheses et theories possible et qu ils nous embrouillent dans notre compreention .
aucun n a reussi a reproduire in vitro ce qu ils avancent et qui est surement possible mais leur but final est d emetre toutes les theories possible ;
je leur ai posé a tous la meme question :les filaments myceliens issus de la gléba ou de la mycorhise etant diploide ( deux noyaux),la rencontre de deux filaments myceliens,d ou qu ils proviennent pourrait elle induire une reproduction .la reponse est oui a chaque fois .
chevalier a dit les spores sont la bouée de sauvetage de la truffe et je pense que c est tres juste .peu etre y a t il une fois sur 100 000 000 une spore qui germe au bon moment et au bon endroit en attendant c est par le mycelium que la truffe gagne du terrain .jerome
Philippe
Membre
Messages : 205
Inscription : 26 mai 2007 22:22

Message par Philippe »

je leur ai posé a tous la meme question :les filaments myceliens issus de la gléba ou de la mycorhise etant diploide ( deux noyaux),la rencontre de deux filaments myceliens,d ou qu ils proviennent pourrait elle induire une reproduction .la reponse est oui a chaque fois .
Donc, si j'ai bien compris, c'est que lorsque deux filaments mycéliens se rencontrent, d'où qu' ils proviennent, si certaines conditions environnementales sont réunies, il pourrait y avoir création d'un primordium. C'est ça ?

Jérôme, je suis prêt à croire tout le monde, mais j'ai tendance à rester pragmatique. Je me pose alors la question suivante :

chevalier a dit les spores sont la bouée de sauvetage de la truffe et je pense que c est tres juste .peu etre y a t il une fois sur 100 000 000 une spore qui germe au bon moment et au bon endroit en attendant c est par le mycelium que la truffe gagne du terrain .jerome
Si une spore ne peut induire la mycorhize que dans de très faibles cas, alors pourquoi en répandant quelques spores dans le substrat d'un godet, le jeune chêne qui y pousse développe, sans autre traitement, dans 30 % des cas, des mycorhizes ?
galistruffe
Membre
Messages : 3199
Inscription : 07 janv. 2007 17:49

Message par galistruffe »

phillipe dans les godets ce ne sont pas des spores que je met mais des morceaux de truffes .c est de la gleba que sont emis les filaments myceliens qui colonisent l'arbre .dans toute les observation que l on a pu faire c est ce chema que l on a observé mais comme je l ai dit les scientiphiques cherchent et donc ils emettent toutes les hypothese possible , c est leur boulot et il est surement tres interressant mais moi je prefere m en tenir a ce qu on observe car je dois en vivre de la trufficulture et donc je dis que la truffe ce reproduit végétativement .
Il est tres important de faire des apports tres régulier de truffes dans ses plantations pour permettre la contamination des nouvelles racines par les filaments issus de la gleba . et ca marche .jerome
Répondre