Le statut mycorhizien des jeunes arbres.

Le forum pour discuter de tout ce qui touche à la truffe en général.

Modérateurs : galistruffe, phil, uncinat55, jacques 37

Répondre
Philippe
Membre
Messages : 205
Enregistré le : 26 mai 2007 22:22

Message par Philippe »

Bonsoir,

Je viens vous faire part d'une de mes observations afin que vous me livriez vos idées :
J'ai entrepris de mycorhizer une centaine de chênes verts cette année. Mon idée est de contrôler arbre par arbre le "statut mycorhizien" avant de les mettre en place dans mes parcelles.

Cette année, j'ai réalisé deux lots distincts afin d'effectuer des comparaisons.
Plusieurs constats :

1/ certains arbres sont très bien mycorhizés par Tuber melanosporum (exclusif), mais un grand nombre portent d'autres mycorhizes (indéfinies) sur les mêmes racines. Il n'est pas rare de trouver trois types de myco sur la même radicelle.

2/ certains arbres ne portent aucune myco. Ces derniers ont un feuillage plus clair et paraissent en moins bonne santé.

3/ d'autres sont mycorhizés par une mycorhize que j'ai bien identifiée, mais dont j'ignore l'espèce. J'ai remarqué que les arbres qui portaient cette mycorhize ont un système racinaire bien particulier. Les radicelles sont nombreuses (plus que sur les autres arbres), très fines, très ramifiées et bien développées.

Voila, c'est brut et sans hypothèse...

Qu'en pensez-vous ?
Modifié en dernier par Philippe le 05 déc. 2007 19:22, modifié 1 fois.
Avatar du membre
melano
Site Admin
Messages : 17066
Enregistré le : 03 janv. 2007 22:50
Localisation : Périgord noir

Message par melano »

C'est interessant et cela représente surement énormement de travail.

1) N'y vois aucune critique mais la première chose qui me vient à l'esprit c'est que ce n'est pas simple de mycorhizer exclusivement tous ces plants avec de la mélano (un pourcentage des différentes catégories aurait été sympa)

2) la myco semble bénéfique aux arbres car les moins bien myco sont maigrichon. Cela semble nous pousser lors du choix des plants à privilégier les mieux développés.

3) dommage que l'identification des myco soit si délicate car la détermination de l'espèce qui contamine tes plants aurait pu nous en dire long sur l'étape à laquelle la contamination s'est produite. Et donc donner des pistes sur ce qu'il faut améliorer.

Perso, l'an dernier, j'ai foiré tous mes essais de mycorhization. Mais je recommence cette année. J'ai des glands, des graines de charmes et une bonne cargaison de noisettes.

Merci en tout cas pour avoir communiqué les résultats de cette expérience.

Fred
Philippe
Membre
Messages : 205
Enregistré le : 26 mai 2007 22:22

Message par Philippe »

1) N'y vois aucune critique mais la première chose qui me vient à l'esprit c'est que ce n'est pas simple de mycorhizer exclusivement tous ces plants avec de la mélano (un pourcentage des différentes catégories aurait été sympa)
J'ai fait des photos et pris beaucoup de notes. Je n'ai pas encore compilé une synthèse. Je vous en dirais plus bientôt.

Je n'y vois aucune critique, mais bien un constat.

Je tiens à souligner que ce constat s'applique à TOUS, vendeurs de plants certifiés,agréés ou non. Dans un lot qu'on achète, tous les arbres ne sont pas mycorhizés. C'est pourquoi le contrôle "arbre par arbre" peut être intéressant. Cela prend beaucoup de temps, mais entretenir un arbre (non mycorhizé) pendant 15 ou 20 ans demande aussi beaucoup d'énergie.
filipe

Message par filipe »

Salut philippe , le contrôle arbre par arbre est irréalisable par les professionels ( manque de connaissance pour différencier les myco + prix de revient de l'arbre après contrôle ) et pour les particuliers manque de moyens techniques , et pour beaucoup, dont je faits parti , manque de connaissance pour différencier les myco.
filipe.
Philippe
Membre
Messages : 205
Enregistré le : 26 mai 2007 22:22

Message par Philippe »

Bonsoir,

L'avantage de faire des contrôles sois même permet de connaitre relativement bien le statut mycorhizien des ses arbres avant plantation. Il faut bien sûr les numéroter et tout noter.

Bien évidemment qu'il y a une différence entre arbre contrôlé et arbre certifié. Pour certifier 1000 arbres, l'INRA en contrôle 3 et le CTIFL en contrôle 5. De plus, pas besoins que tous les arbres soient parfaitement mycorhizés. De toute évidence, il demeure une part de chance lorsqu'on "choisit " le lot qu'on achète.
De toute façon, dans la nature, un arbre est forcément mycorhizé par divers champignons autres que tuber.

Donc, pour moi, si la mycorhize de mélano est bien installée, même s'il subsiste quelques autres myco sur les mêmes racines, ça ne m'inquiète pas outre mesure.
Deuxième avantage, c'est d'avoir noté et photographié tous les critères morphologiques de ces autres myco. Certaines sont peut-être favorables ? D'ailleurs, j'ai lu qu'il existait des mycorhizes que l'on appelle "mycorhizes de neucerie ". Ce sont celles qui "élèvent ", en tout cas, qui préparent le terrain à d'autres. Il est bien connu qu'on trouve souvent rufum en périphérie d'autres truffières. Rufum semblerait être, aux yeux de certains, une pionnière dans le processus d'installation de melano.

Pour te répondre, filipe, les moyens techniques ne sont pas énormes. Il faut une loupe binoculaire et un petit microscope. Côté connaissance technique, il n'y a que la pratique qui fait progresser. Pour les bases, (je parle de reconnaitre une myco de mélano) elles sont déjà décrites sur ce forum.
Modifié en dernier par Philippe le 06 déc. 2007 19:27, modifié 1 fois.
Avatar du membre
melano
Site Admin
Messages : 17066
Enregistré le : 03 janv. 2007 22:50
Localisation : Périgord noir

Message par melano »

Ce qui m'inquiète un peu c'est que lorsque les labos de l'INRA ou du CTIFL contrôlent les plants, ils les considèrent comme sacrifiés.

Dans la biblio, on peut lire que les mycorhizes supportent très mal un passage à l'air libre. Donc, en contrôlant chacun de tes plants ne risques-tu pas d'endommager les mycos?

Sinon, as-tu imaginé un protocole différent qui permette de garantir l'intégrité des racines mycorhizées?

Fred
Philippe
Membre
Messages : 205
Enregistré le : 26 mai 2007 22:22

Message par Philippe »

Non, pour le moment, je me contente de dépoter proprement le plant et de prélever deux ou trois radicelles en périphérie du pot et vers le centre puis je le remets délicatement dans son godet. Ces radicelles sont condamnées.
Je ne pense pas que le passage à l'air libre soit fatal aux mycorhizes. Par contre, ces dernières sont très fragiles et se cassent facilement. Un dépotage complet parait bien délicat.
J'ai fait des essais en contrôlant la totalité des racines. Les échantillons prélevés précédemment sont représentatifs de l'ensemble.
A noter :
1/ les belles mycorhizes de melano sont souvent vers l'intérieur de la motte.
2/ au dire de personnes qui ont du recul sur la méthode, même avec une mycorhization "réussie ", on ne conserve en moyenne qu'un arbre sur 3. Sur mes premiers essais, cela semble se confimer.
Avatar du membre
melano
Site Admin
Messages : 17066
Enregistré le : 03 janv. 2007 22:50
Localisation : Périgord noir

Message par melano »

même avec une mycorhization "réussie ", on ne conserve en moyenne qu'un arbre sur 3.
Tu veux dire qu'à l'âge adulte, seulement un arbre sur trois garde sa mycorhization à T melanosporum?

Si c'est ça, quelles hypothèses tu penses plausibles pour expliquer ça :
- le sol inadapté au maintien de la truffe sur les racines?
- arbre inadapté pour conserver une mycorhization à la truffe?
- couple souche de truffe / génotype de l'arbre incompatible?

Je précise que dans ma pensée, le rôle du sol s'arrête au maintien des mycorhizes, pas à la production de truffes. Il y a surement un fossé entre les mycorhizes et la truffe adultes dans lequel le sol joue surement un grand rôle.

Fred
galistruffe
Membre
Messages : 3199
Enregistré le : 07 janv. 2007 17:49

Message par galistruffe »

Moi je controle depuis 4 ans tous les arbres que je plante , j ouvre le godet antichicon et je place l arbre sous ma bino a laquelle j ai rajouté une halogene pour mieu voir .Je verifie qu un bon % des racines possédent des mycorhises .Dans un godet c est tres facile car toute les myco ce ressemblent car elles sont de la meme époque vue que l arbre a moins d un an enfin la je parle pour les arbres issus du pepinieriste chez qui je me sert qui a tres peu de contamination .Pour les miens c est un peu plus dur , jusqu en septembre il me semble n observer que des myco melano puis cela ce complique et je vois aparaitre 6 sorte au moins de myco bien differente de celle de mélano .la je sort le microscope mais mon probleme et que je n ai a ce jour pas trouver de descriptif serieux des differentes myco .
De ce que j ai pu remarquer le scleroderme qui est le plus frequement rencontré n est pas competiteur de mélano et je pense qu il protége meme melano en faisant barage a brumale qui prospecte la meme hauteur des racines dans le sol . jerome
Philippe
Membre
Messages : 205
Enregistré le : 26 mai 2007 22:22

Message par Philippe »

Non, Fred, je n'étais pas très clair dans mes propos. Je voulais dire que seul 1/3 des plants "fait maison" sont suffisamment bien mycorhizés à la melano pour pouvoir être considérés comme bons. C'est le retour que j'a eu d'un copain qui en a déjà contrôlé plus de 4000.

Jérôme, la description de la myco de tuber mélano est relativement bien faite. Nous en avons déjà fait la synthèse sur ce site.
S'il te manque des précisions, n'hésite pas à poser les questions.

Qu'entends-tu par six sortes de mycorhizes de melano ?
A ce que j'ai pu observer, en cette période, les mycorhizes mélano se ramifient souvent. Est-ce cela ?
Tu contrôles les arbres achetés. Je trouve que c'est une bonne démarche. Plus de gens devraient le faire. Ceci éviterait à certains d'espérer pendant 15 ans sur quelque chose qui est mauvais dès le départ.
Quelles sont tes conclusions au sujet de tes contrôles ? Mets-tu des plants achetés au rebut ?
Pour ma part, il y a deux ans, j'ai jeté 60 arbres sur un lot de 100 achetés chez un pépiniériste bien connu de la vallée du Rhône. On me le présentait comme un bon pépiniériste. J'ai jugé par moi même et je peux affirmer que c'est un escroc. Ceci n'a fait que renforcer mon désir de produire mes propres plants.
galistruffe
Membre
Messages : 3199
Enregistré le : 07 janv. 2007 17:49

Message par galistruffe »

salut philippe
Pour les sortes de mycorhise je parlais des plants que je fait moi et ce sont des myco d autre champignon comme scleroderme , geastre en etoile ou autre basidiomycetes.
j ai r'envoyé l an passé ainsi qu en 2004 un lot de plus de 300 plants de chenes blanc car j ai trouvé tres tres peu de myco sur les arbres .Ils me les ont changé sans probleme .j envois par securitée chaque année quelque plants a sant angelo di vado en italie qui me confirme de la variétée de truffe qui a mycorhisé l arbre .
as tu de bon résultat dans les arbres que tu realises. jerome
Philippe
Membre
Messages : 205
Enregistré le : 26 mai 2007 22:22

Message par Philippe »

Non, malheureusement, je ne peux pas encore parler de réussite, bien que ce ne soit pas un total échec. J'en ai tiré des leçons. Cette année, je recommence en modifiant légèrement certaines données. Comme je le disais plus haut, pour moi, il y a environ 1/3 de plants "corrects".
Ce chiffre donne toute la valeur du contrôle systématique. Mais, comme tu peux aussi le témoigner, tous les plants commercialisés ne sont pas de très bonne qualité, même s'ils font l'objet d'une certification.
De mon point de vue, l'intérêt de faire ses plants, c'est, outre l'économie substantielle que cela peu représenter, d'utiliser l'essence d'arbre et la truffe déjà présente sur le territoire.
Sinon, Jérôme, entraine-toi à reconnaitre les myco de melano. Tu verras, ça vient très vite... et plus besoin d'envoyer des plants en Italie.
galistruffe
Membre
Messages : 3199
Enregistré le : 07 janv. 2007 17:49

Message par galistruffe »

salut philippe , le site commence a etre trop gros et je ne retrouve pas ton message ou tu fais la description de la mycorhise de mélano .As tu fais des essaies avec brumales et est tu capable de la décrire .jerome
Philippe
Membre
Messages : 205
Enregistré le : 26 mai 2007 22:22

Message par Philippe »

Bonsoir Galistruffe,

Voici le lien en question : Lien vers la discution :

Je n'ai pas de photo de mycorhize de brumale.
Voici la description sommaire de la mycorhize de T. Brumale :
Dans sa vue d'ensemble, elle pourrait bien être confondue avec la myco de melano.
Elle a aussi un manteau en puzzle (c'est un point important à contrôler).
Sa principale différence, c'est l'aspect de ses pinnules. Elles sont droites, sans ramification, plus courtes que celle de melano et leur diamètre est plus important à leur base que sur le reste de la longueur.

Dans tous les cas, les spinules ne doivent pas comporter d'anse d'anastomose. Dans le cas contraire, ce ne serait pas une myco du genre tuber. On ne doit pas trouver, non plus, de "cordon mycélien " dans la périphérie de la mycorhize.

La meilleure période pour observer les mycorhizes de melano ou brumale semblerait être à l'automne. En tout cas, c'est à ce moment-là que j'ai pu les observer le plus facilement. Au printemps dernier, je ne trouvais pas de spinules...

Je te fais aussi passer un document que j'ai trouvé sur le net, il synthétise bien :

Fichier PDF à télécharger
Répondre