Interception foliaire sous truffier.

Le forum pour discuter de tout ce qui touche à la truffe en général.

Modérateurs : galistruffe, phil, uncinat55, jacques 37

Répondre
Avatar du membre
melano
Site Admin
Messages : 17038
Enregistré le : 03 janv. 2007 22:50
Localisation : Périgord noir

Interception foliaire sous truffier.

Message par melano »

Bonjour,

Par curiosité, j'ai placé lors du dernier épisode de pluie un pluviomètre dans l'inter rang et un autre sous un chêne vert de 9 ans.

Il est tombé 50 mm en une semaine dans celui placé en lieu ouvert et je n'ai récolté que 12,5 mm dans celui placé sous la frondaison.

75 % de l'eau a donc été interceptée ou déviée par le feuillage. Pour savoir si l'eau était quand même revenu par capillaire depuis l'extérieur, j'ai fait une tranchée sous cet arbre profonde de 25 cm.
IMG_20170919_19386.jpg
IMG_20170919_19386.jpg (91.72 Kio) Vu 3896 fois
Sur le pourtour, tout va bien, l'eau est rentrée sur toute la profondeur. En revanche, à demi frondaison, en dessous de 15 cm, le sol est sec. La terre forme des blocs compacts dans lesquels l'eau n'est pas arrivée. Ils apparaissent plus clairs sur la photo.
IMG_20170919_5340.jpg
IMG_20170919_5340.jpg (49.45 Kio) Vu 3896 fois
Donc attention, une pluie même abondante en apparence ne mouille pas forcément beaucoup la zone de production située sous la frondaison.

Fred
Avatar du membre
OLIVE81
Membre
Messages : 3512
Enregistré le : 02 oct. 2013 19:10
Localisation : Sud du Tarn - 81
Contact :

Re: Interception foliaire sous truffier.

Message par OLIVE81 »

Bonjour,

C'est évident selon les essences et le mode de taille mis en œuvre, l'eau de pluie met plus ou moins de temps avant de traverser la frondaison et arriver au sol.... il faut ajouter à cela la consommation propre à l'arbre qui amplifie la pénurie bien évidemment.... un lien vers une petite fiche de l'ONF qui résume ce que peuvent être les consommations en milieu forestier

(http://www.onf.fr/gestion_durable/somma ... index.html)

.... On y apprend notamment qu'un chêne adulte non contraint peut hisser jusqu'à 200 l d'eau par jour jusqu'à sa cime en milieu tempéré.
La capillarité a ses limites, en effet.... faut-il pour autant en tirer des conclusions sur la façon d'arroser ??? La question est ouverte.... n'oublions pas que les champignons sont justement là pour augmenter la capacité de captation de l'arbre.

Olive
Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer.
Avatar du membre
tuber01
Membre
Messages : 3955
Enregistré le : 18 sept. 2011 08:31
Localisation : Ain - Bugey

Re: Interception foliaire sous truffier.

Message par tuber01 »

le plus gros effet vient aussi de la pente (ou pas) du terrain.

autre chose : sur un organisme comme la truffe qui s'étend sur plusieurs m2 (et idem pour l'arbre) , l'absence d'eau ici est compensée par la présence là , car l'eau circule via les filaments mycéliens (ou les racines).

Seb
la vie est trop compliquée pour avancer avec une pleine assurance
Avatar du membre
melano
Site Admin
Messages : 17038
Enregistré le : 03 janv. 2007 22:50
Localisation : Périgord noir

Re: Interception foliaire sous truffier.

Message par melano »

Perso, tant que l'arbre n'est pas producteur, j'y vois un avantage. Cela crée une zone sèche favorable à melano.

Par contre, pour les ascocarpes je ne suis pas persuadé que l'eau peut arriver de loin. Sinon, on ne perdrait pas les truffes de surface avec une alimentation par le mycélium.

C'est aussi un stade où le houppier est très développé. Donc il faut être vigilant en production.

Fred
stef@
Membre
Messages : 2948
Enregistré le : 21 janv. 2008 14:41
Localisation : entre perigord noir et quercy

Re: Interception foliaire sous truffier.

Message par stef@ »

Bonjour
Le réseau mycelien ou les racines j'y crois pas.
Pour moi la truffe et indépendante et je n'y vois aucun tuyau.
Donc terre sèche = pas d'eau .
Pour preuve, après avoir transplanter des truffes durant les dernièrs mois sur des arbres différents et non producteurs de truffes ces dernières sont aujourd'hui bien vivante et continue leurs grossissement.
On n'en débattra au résultat final mais franchement il est où le tuyau ?
A+ stef
Avatar du membre
OLIVE81
Membre
Messages : 3512
Enregistré le : 02 oct. 2013 19:10
Localisation : Sud du Tarn - 81
Contact :

Re: Interception foliaire sous truffier.

Message par OLIVE81 »

Re

C'est clair y a pas de tuyau pour la truffe (ascocarpe)...

Il faudrait être sur qu'il y ait plus de pertes (de truffes) sous frondaison qu'en dehors j'en suis pas convaincu car la frondaison agit aussi comme une protection... il ne serait pas impossible que ça agisse comme un régulateur de l'humidité... ça nécessiterait un gros travail de suivi sur plusieurs campagnes. Avec sondes de mesures performantes dans les mêmes conditions pour se rendre compte réellement des conditions d'humidité.... Comme je l'ai dit ailleurs, j'ai pu observer que ça fonctionnait aussi dans les deux sens : cas des cistes : il faut plus d'eau pour que ça traverse mais l'humidité reste plus longtemps une fois que c'est passé.... Au niveau de l'arrosage, je pense qu'on a intérêt à arroser jusqu'au pied même quand l'arbre a atteint un certain développement.

Olive
Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer.
Avatar du membre
tuber01
Membre
Messages : 3955
Enregistré le : 18 sept. 2011 08:31
Localisation : Ain - Bugey

Re: Interception foliaire sous truffier.

Message par tuber01 »

ah bon si les choses sont claires, j'avais raté cet épisode :)
les éléments de stef@ sont en effet quasi imparables , mais je n'avais encore ces infos

Seb
la vie est trop compliquée pour avancer avec une pleine assurance
Michel37
Membre
Messages : 427
Enregistré le : 21 avr. 2016 10:05
Localisation : Est Touraine

Re: Interception foliaire sous truffier.

Message par Michel37 »

OLIVE81 a écrit :
Au niveau de l'arrosage, je pense qu'on a intérêt à arroser jusqu'au pied même quand l'arbre a atteint un certain développement.

Olive
D'où l'intérêt (si possible pour ceux qui ont l'irrigation) d'avoir un arrosage en pendulaire?

Michel37.
bion
Membre
Messages : 4640
Enregistré le : 10 févr. 2013 20:21
Localisation : Bouches du Rhône centre

Re: Interception foliaire sous truffier.

Message par bion »

Bonjour,

Dans l'idéal, le sol se comportant différemment sous et hors frondaison, il faudrait arroser différemment également ces deux zones :mrgreen:

Encore faudrait t-il connaitre précisément le taux d'humidité à conserver........s'il est uniforme et que ce n'est pas le bon: pas de production.

S'il y a une zone trop sèche, et l'autre trop humide, entre les deux il y aura une zone intermédiaire ou cela sera bon.

Michel.
JJR
Membre
Messages : 614
Enregistré le : 07 mai 2017 20:56

Re: Interception foliaire sous truffier.

Message par JJR »

Bonjour,

J'essaie de comprendre! (synthèse perso!):
Fred écrit:
"...Donc attention, une pluie même abondante en apparence ne mouille pas forcément beaucoup la zone de production située sous la frondaison..."

c'est ce que démontre cette étude (il y a des différences entre le fait que ce soit des forêts, et entre les auteurs);
https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q= ... xcEvWxZjDA

Interception pour le chêne: (Nizinski & Saugier, 1988).
"pour le chêne (Quercus petraea), les valeurs peuvent varier entre 22 (hiver) et 34 %
(été)"

"Dans son étude, Aussenac (1968) donne, pour quelques essences, la
hauteur de pluie au-dessous de laquelle toute l’eau précipitée sera intégralement interceptée:
- 0.6 mm pour les épicéas,
- 0.5 mm pour les sapins,
- 0.4 mm pour les pins sylvestres,
- 0.3 mm pour un peuplement de feuillus (hêtre / charme)."

"Dès que la pluie s’arrête, c’est tout d’abord la quantité d’eau qui est encore retenue sur le
couvert végétal qui est évaporée. Durant cette période, l’évapotranspiration de l’eau du sol
sera négligeable (Burgy & Pomeroy, 1958). Dans le cas de la neige, la chronologie des
processus sera différente du fait d’une plus grande lenteur dans son déroulement.

En d’autres termes, bien que l’interception réduise la quantité d’eau disponible pour le
ruissellement direct, son effet sur la balance hydrique saisonnière ou annuelle d’une région est
vraisemblablement faible, car l’évaporation de la partie interceptée est d’une certaine manière
compensée par la réduction de la transpiration de cette même végétation. Il n’en va cependant
pas de même pour des échelles temporelles plus fines."

D'après ces auteurs:
"La végétation constitue une protection contre l’impact des gouttes de pluie. En ralentissant cet
impact elle favorise l’infiltration, l’augmentation étant la plus forte pour des végétations
recouvrant complètement le sol (Bruce & Clark, 1969)"

"Pour résumer, sous un couvert végétal l’infiltration est favorisée du fait (Consuegra et al., 1985)
- du ralentissement de l’écoulement,
"- de l’augmentation de la perméabilité et de la porosité du sol par les racines,
- de la réduction des phénomènes liés à l’impact des gouttes de pluie sur le sol"

Bruce & Clark, 1969:
"La diminution de la capacité d’infiltration d’un sol durant une pluie intense est le résultat de
plusieurs facteurs, à savoir
- le tassement de la surface du sol par la pluie,
- le gonflement du sol qui va fermer les ouvertures au travers desquelles l’infiltration
aurait pris place par gravité,
- le lessivage des matériaux fins et des colloïdes dans les ouvertures du sol"

Ce qui voudrait dire que c'est sur la durée (+ la partie qui s'évapore au contact des feuilles) que le sol sera mieux arrosé dans le cas de pluie fine!!

Autre paramètre:
"Selon Neal (1938), en dessus de 16 %, l’effet de la pente sur le taux d’infiltration devient
négligeable."

Autre avis:
Fred a écrit"...Perso, tant que l'arbre n'est pas producteur, j'y vois un avantage. Cela crée une zone sèche favorable à melano..."
Même avis, dans le sens où le coté "forêt" (humidité,voire humique) se développe moins; limite donc les concurrents;
JJR24
Répondre