Inventaire des mauvaises herbes de nos truffieres

L'endroit pour discuter des qualités du sol idéal... Faune, flore, drainage, pédologie sont ici à leur place.

Modérateurs : galistruffe, phil, uncinat55, jacques 37

Répondre
stef@
Membre
Messages : 2741
Inscription : 21 janv. 2008 14:41
Localisation : entre perigord noir et quercy

Message par stef@ » 14 sept. 2010 23:07

Bonjour à tous,

il serait intéressant de répertorier les mauvaises herbes de nos truffières et plus particulièrement de nos bruler.

Je commence donc avec celle, ci éperviere piloselle , ou j'ai vu des bruler productif s'éteindre à vitesse grand V .
J'ai remarqué en bas de mon terrain, un jeune chene qui c'est mis à faire un joli bruler circulaire bien prometteur l'année derniere, une flore typique de nos bruler si installer (fetuque, sédum ...) et j'avais remarqué quelque pieds d'éperviere mais insignifiant.
A l'heure ou je vous écrit mon joli bruler est envahi d'éperviere, cette derniere à supplanter toute les autres plantes herbacées et je peux d'ors est déjà dire que ce dernier ne produira aucune truffe !!!

Vu l'ampleur des "dégâts" je vais tenter un traitement radicale au glyphosate histoire de voir si cette derniere cédera puis un binage compler du bruler . (ce bruler n'a jamais était travailler, c'est un chene "sauvage")

Aprés recherche, je peux dire que la piloselle est bien responsable de bon nombre de disparition de nos bruler, beaucoup de truffieres qui était productive et qui ne le sont plus en sont envahis !

si vous connaissez d'autre plante susceptible de porter préjudice à nos truffieres n'hésiter pas à les signaler.

A+ stef@
J Gravier
Membre
Messages : 2463
Inscription : 14 déc. 2008 17:20

Message par J Gravier » 15 sept. 2010 06:50

Salut,
je pense que tu prends le problème à l'envers stef, le glyphosate ne changera rien et le binage encore moins.... la piloselle comme le sedum ou la fétuque font partie des plantes qui accompagnent les truffières....
A mon avis tu as à faire a un arbre qui est arrivé en fin de production (fin de colonisation par les racines du milieu environnant) et petit à petit la végétation reprend le dessus d'autant plus facilement que de l'humus c'est accumulé à son pied.....
D'autre part quand une plante comme celle ci se met à proliférer au détriment des autres c'est qu'un déséquilibre s'est créé au niveau du sol.... ça passera dans quelques années.... la nature fait très bien les choses.... mais malheureusement ça ne fait pas forcement l'affaire de mélano....


joel
stef@
Membre
Messages : 2741
Inscription : 21 janv. 2008 14:41
Localisation : entre perigord noir et quercy

Message par stef@ » 15 sept. 2010 07:48

Bonjour Joel,
petit à petit la végétation reprend le dessus d'autant plus facilement que de l'humus c'est accumulé à son pied
oui je pensais aussi que la piloselle prenait le dessus suite à l'épuisement du sol ou tout autre déséquilibre comme la fin de production d'un bruler.
mais j'ai remarqué que la piloselle ce trouve concentré sur le brulé et qu'elle est souvent invisible en dehors de celui ci hors l'humus et bien plus present en dehors (mousses...) peut etre est ce du à la dégradation de celui ci des années aprés ?!
A mon avis tu as à faire a un arbre qui est arrivé en fin de production (fin de colonisation par les racines du milieu environnant)
Non justement et sur ce point je suis formel, la piloselle m'a attaquer un bruler qui c'est déclencher l'année derniere sur un arbre trés jeune (- de 10 ans) et j'ai bon nombre de bruler sur de jeune arbre qui ont périt du à cette derniere . Maintenant attention rien ne me dis que c'est des arbres qui aurait produit de la mélano, mais perso vu le départ de quelques exemples j'en aurait bien mis mes doigts à couper...

J'ai pas mal de bruler ou piloselle est presente mais je remarque bien souvent que cette derniere vit et ce trouve en trés faible quantité, il existe un certain équilibre avec toutes les autres plantes.
Mais à un certain moment un désequilibre doit s'operé et celle ci "flambe" et envahi le milieu, aprés le résultat je le connais du moins chez moi dans le Lot, c'est bruler à dominance piloselle, bruler sans truffes !!!

A+ stef@
jacques 37
Membre
Messages : 4026
Inscription : 03 août 2007 16:24
Localisation : Nord Touraine

Message par jacques 37 » 15 sept. 2010 08:25

Bonjour stef@ et vous tous
Je ne serais peut être pas aussi affirmatif, bien qu'effectivement l'épervière piloselle soit revendicative dans beaucoup d'échanges sur la trufficulture d'une occupation invasive. Mais de là à apporter les preuves irrévocables qu'elle fait disparaitre la truffe ?
Mais il est certain que cette piste doit être explorée, car si la piloselle est réellement un ennemi repoussoir pour la truffe, comment s'en débarrasser ou tout simplement comment la faire reculer ????

Voici 2 liens qui nous parle de la piloselle. Ce premier lien qui explique que la piloselle est aussi appelée plante antibiotique, cela explique bien son comportement envers son environnement direct ... (allez à épervière dans la bande défilante à gauche )
http://plantes.sauvages.free.fr/user/tx ... index.html

Ce dernier lien ou la piloselle est employée comme couvre sol dans la viticulture biologique.
http://www.bioaktuell.ch/fileadmin/docu ... ulture.pdf
En tout état de cause, sujet très intéressant à développer, merci à toi stef@ d'avoir ouvert ce débat.
Jacques 37
Avatar de l’utilisateur
truffalou
Membre
Messages : 3642
Inscription : 17 janv. 2007 18:50
Localisation : Ardèche/Drôme

Message par truffalou » 15 sept. 2010 11:16

Bonjour, dans ton cas stef j'y vais au glyphosate je ne touche pas le sol, je le fais aussi pour la fétuque ovine elle peut faire un paillasson 5 cm d'épais à mon avis toute plante envahissante doit être éclaircie.
rabase
Membre
Messages : 1286
Inscription : 14 oct. 2007 18:25

Message par rabase » 15 sept. 2010 20:01

en clair autour de la piloselle tu verras toujours un brulé....
jacques 37
Membre
Messages : 4026
Inscription : 03 août 2007 16:24
Localisation : Nord Touraine

Message par jacques 37 » 17 sept. 2010 15:05

Bonjour à tous
Pour revenir sur notre epervière piloselle, je vous livre ce passage lu dans wikipédia :
Analyse chimique et toxicité
La plante renferme, outre le mucilage, tanin, résine et manganèse :
• des flavonoïdes (lutéoside) responsables de l'action diurétique,
• des glucosides (glucoside-ombelliférone…) qui peuvent avoir une action antibiotique (inhibent les brucellas) due à l'ombelliférone libérée.
• des acides phénols (acide caféique et acide chlorogénique) qui possèdent un pouvoir antibactérien, pouvant nuire à d'autres plantes ou au développement des truffes, par exemple.
Références
• HAAG-BERRURIER, Recherches phytochimiques sur la piloselle. Thèse pour le doctorat de pharmacie, Strasbourg 1964.

Quoi en penser ?????
Jacques 37
jacques 37
Membre
Messages : 4026
Inscription : 03 août 2007 16:24
Localisation : Nord Touraine

Message par jacques 37 » 21 sept. 2010 07:21

Bonjour à vous tous
Je constate que la piloselle n'éveille pas chez vous la curiosité qui m'anime concernant cette plante et son comportement dans nos truffières. :unsure:
Pour ceux qui ont la chance de pouvoir trouver des truffes en milieu naturel, avez vous constaté sa présence ?
Et si toutefois vous avez pu observé ces milieux durant plusieurs saisons, qu'avez vous pu constater dans son évolution, extension, régression, maintien ????
Merci pour vos retours d'expériences multiples.
Jacques 37
stef@
Membre
Messages : 2741
Inscription : 21 janv. 2008 14:41
Localisation : entre perigord noir et quercy

Message par stef@ » 21 sept. 2010 08:03

Bonjour Jacques,

t'inquiete la piloselle me laissera toujours éveiller quand je là verrais, c'est juste que j'espere que les grosses truffes en prendrons conscience quand ils verront un beau brulé........................devoré par la piloselle...

Pour ce qui est de sa presence en milieu naturel je peux dire qu'elle est trés souvent presente sur les brulés, à partir du moment qu'elle est en trés faible quantité elle n'interfere pas sur la production de truffes, mais cette derniere peut vite envahir le milieu et là la production va s'éteindre trés vite .

C'est une vieille main de mon village qui m'en n'a fais prendre conscience, en effet nous étions parti cavé chez lui et arrivé sur un magnifique brulé pas cavé depuis quelques années, ce dernier me dit que hélas nous trouverions rien pour cause "d'oreilles de souris". Sur le coup j'ai pas bien compris et c'est juste en bouquinant une livre sur la truffe (Sourzat je crois) que je retrouvais cette expression (oreilles de souris) ou il signaler les effets néfaste sur les truffieres.

Comme j'ai dis plus haut, elle peut envahir le milieu trés rapidement, meme sur un milieu trés ouvert (d'ailleurs c'est dans c'est conditions que je là voie la plus virulente)

J'ai rien inventer, juste une constatation que bon nombre de spécialiste mette en avant, trop peu à mon gout, car elle arrive trés vite meme sur les jeune plantations...

Alors quoi faire ?!
Perso si on la laisse tôt ou tard elle gagnera, cette année je tente le glyphosate ......terrible !!!

A+ stef@
Avatar de l’utilisateur
truffalou
Membre
Messages : 3642
Inscription : 17 janv. 2007 18:50
Localisation : Ardèche/Drôme

Message par truffalou » 21 sept. 2010 08:11

Bjr, Pour te faire plaisir je vais dire un mot sur l'épervière, mon avis est quelle pousse bien dans les sols bon pour la truffe, en principe quand elle est présente avant le brûlé il faut quelle disparaisse en grande partie sinon l'aider par le travaille du sol ( elle n'aime pas ça)
Lorsqu'elle pousse sur un brûlé producteur :mad: moi je la ferais disparaitre mais je ne crois pas que cela change grand chose à la situation qui est bien compromise pour la mélano
raouldupuy
Membre
Messages : 453
Inscription : 31 août 2008 21:15
Localisation : bouches du rhône/ lot
Contact :

Message par raouldupuy » 26 sept. 2010 18:22

les gars vous m'affolez car sur mes plantations je viens d'en trouver à 2 endroits éloignés des arbres qui d'ailleurs pour cela ne brulent pas encore. ( arbres de 3 ans replantés) Après vous avoir lu dois je en conclure qu'au mois d'avril j'aurais 2 endroit supplémentaires à bêcher moi qui croyait recevoir un signe du destin trufficole!
J Gravier
Membre
Messages : 2463
Inscription : 14 déc. 2008 17:20

Message par J Gravier » 26 sept. 2010 19:56

Salut à tous,

pour moi le problème est pris à l'envers, si la piloselle prend le dessus c'est que le milieu n'est pas bon (ou plus bon) pour mélano, et pas que pour mélano....
attention aux observations et aux interprétations qu'on en fait..... la prolifération d'une espèce au détriment des autres révèle un déséquilibre et forcement ce n'est pas bon pour mélano!!!! ce n'est pas la piloselle qui crée le déséquilibre, mais le déséquilibre qui lui est favorable....
A 17/18 ans une truffière irriguée peut très bien si elle n'a jamais été travaillée et taillée être"vieille" au sens "évolution de l'écosysthème qui l'accompagne", de même si les interventions n'ont pas été maitrisées.....
Si vous écoutez les anciens ils vous diront qu'autrefois les truffières produisaient pendant 30 ans.... mais combien de fois en 30 ans et pour quelle quantité.... d'autre moins vieux vous diront que leur truffière irriguée a produit pendant dix ans, mais quelle quantité? et quel type de truffes les dernières années? beaucoup ne faisaient pas la difference entre mélano et brumale....
@+
joel
jacques 37
Membre
Messages : 4026
Inscription : 03 août 2007 16:24
Localisation : Nord Touraine

Message par jacques 37 » 26 sept. 2010 20:00

raouldupuy a écrit :les gars vous m'affolez car sur mes plantations je viens d'en trouver
Bonsoir Raouldupuy et vous tous
Ne pas s'affoler, cela devrait être une de nos devises de passionnés. ;)
En fait nous constatons, ou plutôt nous tentons tous de constater des phénomènes autour de nos truffiers, mais nous ne pouvons en tirer aucune conclusion définitive.
Il est donc très intéressant de relater ce que nous vivons tout au long de notre vécu truffier, mais encore une fois les conclusions sont très difficiles à tirer, différences des sols, différences des milieux, différences des climats. etc, etc ... et à ne pas négliger, la durée de nos observations qui est et sera toujours longues voir très longues ...
Concernant notre sujet qu'est la piloselle, je ne sais trop quoi penser sur sa présence et sur leurs véritables conséquences sur la truffe. Et là, me vient une question, parlons tous de la même épervière piloselle car il en existe plusieurs variétés d'épervières ?
Lu dans l'édition : Flore Française publié en 1815 :
http://books.google.fr/books?id=HyUfYwB ... &q&f=false
Pas moins de 37 épervières recensées sur cet ouvrage (voir page 17 à 36 du lien ci-dessus).
Bonne lecture ;)
Jacques 37
sergio
Membre
Messages : 894
Inscription : 07 nov. 2008 17:35
Localisation : 26 nord drome

Message par sergio » 27 sept. 2010 05:41

avez vous vu que la piloselle réagie comme la truffe ou elle pousse plus d'autre plantes ne poussent curieux non ? On l'appelle également plante ANTIBIOTIQUE
Dernière modification par sergio le 27 sept. 2010 05:45, modifié 1 fois.
26 drome
Avatar de l’utilisateur
JCC60
Membre
Messages : 1898
Inscription : 08 juin 2008 09:46
Localisation : OISE, PICARDIE

Message par JCC60 » 27 sept. 2010 05:49

Informations d’origines Wikipédia :

Elle est commune sur les sols arides et pauvres. Elle contient des substances antibiotiques et diurétiques.

Hieracium dérive du grec ancien Hierax, épervier, en raison d'une croyance populaire qui voulait que ces oiseaux en buvaient le suc afin de fortifier leur vue. Selon G. Bauhin, le nom de Pilosella remonte à la fin du Moyen Âge et se rapporte aux nombreux poils dont la plante est revêtue.

Petite composée vivace et acaule, (difficile à distinguer parmi la dizaine d'autres épervières médicinales au sein de la centaine d'espèces que compte le genre), généralement de 10 à 15 (rarement 30) centimètres de haut, présentant autour de son pied des rejets allongés qui portent des feuilles oblongues, entières, grisâtres dessous, hérissées de longs poils sétiformes, appliquées sur le sol, et qui finissent par s'enraciner pour donner de nouvelles rosettes de feuilles.

Comme les autres épervières, les fleurs sont jaunes, les fruits, brusquement tronqués au sommet sous l'aigrette sessile, sont d'un blanc roussâtre à grisâtre, leurs réceptacles sans paillettes ni soies, et leur involucre floral à bractées nombreuses et inégales.

•Fleurs jaune clair, ligulées, en capitule solitaire dressé. Involucre et pédoncule floral velu, sans feuilles. Floraison de mai à septembre.

•Fruit en akène blanc grisâtre, surmonté d'une aigrette simple, molle et soyeuse, composée de soies d'égale longueur.

•Souche horizontale, à stolons aériens et feuillés.

•Saveur amère et très astringente.

Cette espèce résiste à la concurrence malgré sa petite taille car elle libère dans le sol des produits toxiques pour les autres plantes. A tel point qu'il arrive qu'elle s'empoisonne parfois elle-même et doit attendre que la pluie nettoie le sol pour pouvoir repousser.

Image
Dernière modification par JCC60 le 27 sept. 2010 05:59, modifié 1 fois.
Achetez un Stradivarius ne fera pas de vous un bon concertiste, achetez un chien truffier de trois mois pour sa génétique ou sa lignée, ne fera pas de vous un bon rabassier.
Répondre