Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles et

L'endroit pour discuter des qualités du sol idéal... Faune, flore, drainage, pédologie sont ici à leur place.

Modérateurs : phil, uncinat55, jacques 37, galistruffe

Avatar de l’utilisateur
OLIVE81
Membre
Messages : 3598
Inscription : 02 oct. 2013 19:10
Localisation : Sud du Tarn - 81
Contact :

Re: Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles

Message par OLIVE81 »

Bonjour

Oui je veux dire que ça reste relativement statique pendant bien longtemps... de telle façon qu'avec les aléas du climat on a parfois l'impression que le brûlé régresse avant de repartir.... en fait ... il y a toujours une progression mais rien à voir avec ce qu'on peut observer sur des truffières plantées où on a parfois des brûlés immenses qui se font en un minimum de temps...

Steph c'est bien pour ça qu'il faut confronter les observations : j'ai accès à une dizaine de places qui produisent sur trois secteurs bien différents, certaines de façon conséquente, d'autres plus occasionnellement... il y a des raisons à tout... il suffit de bien analyser les choses... l'expérience que j'ai faite ces deux dernières années sur un brûlé naturel mélano le montre bien et d'autres expériences, sur aestivum viendront probablement confirmer ces résultats, peut-être dès cette année, je suis assez confiant. Et c'est vraiment ce qui me fait dire que les mécanismes sont les mêmes : le champignon n'a pas plusieurs façon de coloniser et d'évoluer dans son milieu.

Olive
"Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer."
https://www.facebook.com/JDTrufficulteur/
JJR
Membre
Messages : 614
Inscription : 07 mai 2017 20:56

Re: Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles

Message par JJR »

Bonjour,

Perso: pour avoir la chance d'avoir connu des brûlés producteurs naturels, qui ont produit pendant plus de 50ans! Et actuellement, un brûlé naturel chez moi (qui a remplacé un autre qui ne produisait plus); plusieurs années pour que celui-ci se mette à produire sous les repousses!
L'espace entre les 2 n'indique pas de brûlé: l'herbe pousse;
Je connais un autre brûlé en bas de pente (cette année +propice semble t-il), dont les truffes (en nombre!), se trouvent sous les feuilles; autour et au-dessus (plus sec!), on trouve de la brumale;
Je pense que la truffe a un panel d'adaptations en naturel, qui n'est pas le même qu'en cultivé; justement parce que dans le naturel, le champignon peut "exprimer" son potentiel!
JJR24
Michel37
Membre
Messages : 427
Inscription : 21 avr. 2016 10:05
Localisation : Est Touraine

Re: Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles

Message par Michel37 »

OLIVE81 a écrit :
Michel : le cas des arbres et truffières qui produisent longtemps peut bien souvent s'expliquer par un espace de conquête important qui n'implique pas forcément une course vers l'extérieur.... des brûlés peuvent faire du "sur place" en apparence ... s'étendre un peu d'un côté puis d'un autre... se refermer puis s'ouvrir à nouveau... je n'ai pas d'explication mais le climat semble jouer un grand rôle.... un peu comme en truffières plantées on observe par exemple un enherbement des brûlés les années humides... eh bien c'est décuplé en naturel.... la question qu'il faut se poser c'est "pourquoi" ?

Olive

Après réflexion, à ta question du pourquoi Olive, je te livre ma réponse.

Puisque le brûlé n'a pas de compétition vis à vis de l'espace de conquête et en prenant en compte le climat années plutôt pluvieuses suivies d'années plutôt sèche, je dirai que les fructification que l'on observe obéisse au phénomène d'expression du mycélium..

Je m'explique, les années sèches le brûlé serait certainement plus en expansion ou du moins plus marqué, l'arbre et le champignon collaborant à fond pour trouver de l'eau à défaut d'extension du racinaire et de production de feuilles...

A l'inverse, en période de climat favorable doux et humide, le brûlé serait certainement plus timide mais plus de chances d'observer et trouver des fructifications, à contrario le brûlé serait peut-être plus en expansion suivant le racinaire qui profite de cette situation favorable pour s'agrandir...
Je sais pas si vous me suivez :?: :roll:

Enfin voilà, tout ceci n'est que supposition, pour le moment je n'ai pu observer que de loin, je peux maintenant délimiter tout ceci et noter comment vont évoluer ou régresser les brûlés :)

Michel37.
Avatar de l’utilisateur
OLIVE81
Membre
Messages : 3598
Inscription : 02 oct. 2013 19:10
Localisation : Sud du Tarn - 81
Contact :

Re: Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles

Message par OLIVE81 »

JJR a écrit : Je pense que la truffe a un panel d'adaptations en naturel, qui n'est pas le même qu'en cultivé; justement parce que dans le naturel, le champignon peut "exprimer" son potentiel!
JJR24
Bonjour,

Effectivement, l'observation du naturel permet de voir évoluer le champignon dans des environnements qu'on ne retrouve pas en plantation à cause des travaux réalisés. Le cas de la matière organique est intéressant. En effet je peux moi aussi observer sur les places naturelles auxquelles j'ai accès que la terre semble bien souvent beaucoup plus organique... des feuilles, de l'herbe, des glands, parfois une terre noire prise entre les cailloux.... Est-ce que ça veut dire pour autant que la truffe aime la matière organique ???? Je ne pense pas.... il faut chercher dans ce que ça induit.... le dénominateur commun à toutes ces places pourrait être "l'air" par exemple....

J'ajouterai que les apparences sont parfois trompeuses...nos yeux ne voient que la surface des choses... Le travail que nous accomplissons dans nos truffières a pour premier objectif d'installer le champignon. En ce sens les besoins ne sont pas différents de ceux que l'on trouve dans le naturel... nous cherchons juste à aller plus vite... obtenir en quelques années ce que la nature a mis parfois plusieurs décennies à construire.

Après c'est plus compliqué.... la fructification en naturel n'a pas pour autre objectif que de perpétuer l'espèce... difficile pour moi de dire si cette fonction reproductrice pourrait se révéler cyclique, un peu comme pour les chênes on observe des années de fortes glanées... il faudrait avoir des années d'observation d'une même place sans prélèvements pour pouvoir affirmer qu'il y a un cycle reproducteur prédéfini.... Par contre, il me semble de plus en plus évident que la fonction reproductive (les fructifications) réagit à des "stimuli".... ce n'est pas pour rien si les années humides sont généralement favorables aux fructifications et si en périodes sèche on observe un renforcement des brûlés.... ce n'est pas anodin, si les scanners montrent une densité de mycorhizes importants côté sec et plus faible côté humide et de la même façon si sans intervention particulière on trouve les truffes dans ces mêmes zones humides à faible densité mycorhizienne et pas l'inverse.... pour moi il y a des raisons à tout... il s'agit d'une logique très complexe dont il convient de déterminer et comprendre les tenants et aboutissants. En fait pour le cas de l'eau par exemple : entre ceux qui disent qu'il faut de l'eau pour avoir des truffes et ceux qui disent que l'eau tue les truffières... eh bien tout le monde a raison.... tout dépend du point de vue que l'on adopte.... mais je suis de plus en plus convaincu que le tout l'un ou tout l'autre au final génère des problèmes... alors face à ce cas précis justement que peut-on apprendre de la nature ??? Que des évidences ! L'alternance de périodes sèches et humides est la règle.... et que permet-elle ??? D'alterner les cycles de reproduction végétative et sexuée... autrement dit d'avoir soit du mycelium et des brûlés marqués, soit des truffes.... mais alors ... qu'Est-ce que ça pourrait vouloir dire ????


Olive
"Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer."
https://www.facebook.com/JDTrufficulteur/
Jcrtruffe
Membre
Messages : 1528
Inscription : 07 déc. 2015 13:01
Localisation : lot et Garonne est quercyblanc

Re: Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles

Message par Jcrtruffe »

Belle réflexion olive,

Il faudrait pouvoir éliminer les questions les unes après les autres.

La première serait de savoir s'il y a autant de naissances ( 100 au m2) en année humide avec faible brûle qu'en année sèche avec forte progression du brûle.
Car mycélium ne dit pas naissances.
Si on arrive à répondre à cette question par un oui il nous restera à trouver le moyen de les garder en vie jusqu'au bout .

Jcr
Si tes résultats ne sont pas à la hauteur de tes espérances dis toi que le grand chêne aussi, un jour a été un gland.
Avatar de l’utilisateur
tuber01
Membre
Messages : 4222
Inscription : 18 sept. 2011 08:31
Localisation : Ain - Bugey

Re: Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles

Message par tuber01 »

OLIVE81 a écrit :L'alternance de périodes sèches et humides est la règle.... et que permet-elle ??? D'alterner les cycles de reproduction végétative et sexuée... autrement dit d'avoir soit du mycelium et des brûlés marqués, soit des truffes.... mais alors ... qu'Est-ce que ça pourrait vouloir dire ????
mon avis est qu'il faut arriver à alterner les 2 dans la même année, certains mois c'est l'activité du mycelium qu'il faut stimuler, et à partir d'un autre c'est la fructification.
l'échelle de temps n'est pas l'année (pour dire année sèche ou année humide), mais le mois voire la semaine.

Seb
contrairement au doute, seule la certitude rend fou
Michel37
Membre
Messages : 427
Inscription : 21 avr. 2016 10:05
Localisation : Est Touraine

Re: Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles

Message par Michel37 »

+1 Seb
Même réponse que Seb,
J'ajouterai simplement qu'il faut réussir à réaliser la reproduction végétative et sexué dans un cycle... Et réussir à mener les fructifications au bout.. Et la encore après l'espace temps, c'est l'espace échelle qui prend le dessus..

Michel37.
JJR
Membre
Messages : 614
Inscription : 07 mai 2017 20:56

Re: Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles

Message par JJR »

Bonjour,

Encore plus complexe! J'ai pu observer (mais est-ce bien vu? parce qu'observer la nature est un art! selon que l'on soit "cartésien" agri, ou "paysan! par ex!:D :lol: );
En 1er, ce sont des champis (lequel, ou lesquels!?), qui ont "ouvert" la voie à mélano; sans doute la terre était-elle trop compacte? Pendant plusieurs années! l
Le mycélium mélano attendant son heure (et aussi économie d'énergie!) Je l'analyse comme ça chez moi! car les "traces" laissés par le (?) mycélium sont visibles! Capable de faire le tour d'un arbre (planté ou pas); la production arrivant bien plus tard!
JJR24
clovis
Membre
Messages : 900
Inscription : 23 oct. 2016 07:54
Localisation : gard

Re: Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles

Message par clovis »

l'alternance tu la conçois comment tuber 01 :)
l'homme jeune va beaucoup plus vite que l'homme agé, mais l'homme agé connait le chemin !
Avatar de l’utilisateur
tuber01
Membre
Messages : 4222
Inscription : 18 sept. 2011 08:31
Localisation : Ain - Bugey

Re: Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles

Message par tuber01 »

alors c'est juste un avis basé sur mes 2 années de bonne production (2011 et 2017). ca n'engage en rien.
- du sec , voire très sec (pas une goutte d'eau) de mi avril à début juin
- un mois de juin bien arrosé
- juillet peu importe, ca ne craint pas trop le sec (mes années avec juillet arrosé ne sont pas les meilleures)
- de la pluie significative à partir de début aout
- septembre et octobre normaux
- novembre à 0 idéal

Seb
contrairement au doute, seule la certitude rend fou
Avatar de l’utilisateur
OLIVE81
Membre
Messages : 3598
Inscription : 02 oct. 2013 19:10
Localisation : Sud du Tarn - 81
Contact :

Re: Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles

Message par OLIVE81 »

Seb d'accord avec toi sur l'alternance à piloter mois par mois... c'est ce qu'il faut faire pour bien gérer une truffière plantée... maintenir un équilibre entre la vitalité du champignon sous sa forme mycelienne et la production. La nature ne s'embarrasse pas de ces calculs... pour elle il n'y a rien de favorable ou défavorable elle réagit à une situation : sec : le mycelium joue plein tube : humide il est temps de fructifier.

Mais revenons-en à la pluviométrie/arrosage, puisque en fait pour bien piloter il faut jouer avec le deuxième en tenant compte du premier bien entendu. Les particularités climatiques régionales font que les impressions peuvent varier d'un secteur à un autre... ainsi moi chez moi il semblerait que les naissances se déroulent plutôt en avril ce qui me fait dire que sur ce mois il faut de l'eau... un période de sec relatif pourrait être juin.... pour juillet et août, phase de croissance il faut surtout veiller à ce que l'arbre ne se mette pas en sécurité sinon c'est foutu pour les truffes.... et cette vigilance doit se prolonger durand la fin de l'été et l'automne si la sécheresse et la chaleur perdurent. D'accord en revanche pour un sec relatif à partir de novembre et durant toute la saison du cavage. l'excès d'eau nuit à la qualité des arômes... la le problème c'est qu'on est dépendant du climat et de nos sols car le manque d'eau on peut le gérer mais l'excès ... quand il pleut tous les deux jours comme cette année, difficile de faire quelque chose... et ça peut être amplifié lorsqu'on a un sol à forte RU.

Je dois quand même vous avouer que je me pose la question de savoir si en pratiquant une rotation il ne faudrait pas chaque année faire l'impasse totale... bien entendu ça implique de sacrifier la production sur certains arbres... effort plus ou moins facile à fournir, suivant les objectifs de chacun....

Olive
"Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer."
https://www.facebook.com/JDTrufficulteur/
Avatar de l’utilisateur
trufou
Membre
Messages : 4180
Inscription : 16 janv. 2007 22:39
Localisation : tarn et garonne

Re: Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles

Message par trufou »

tuber,
interessant ton observation .
apres trois année d augmentation, cette année minable pour moi a été tres arrosée en mai/juin, suivit par une pluvio raisonnable, entrecoupée d arrosage si necessaire .
j aurais donc peut etre favorisée la forme vegetative ?
je trouve aussi bizarre chaque année d observer les marques chaque année guère avant le 10 septembre, alors que chez les autres ca commence un a deux mois plus tot .
il y a quelque chose que je cerne pas, c est sur ;
j ai besoin de votre aide .
trufou
Avatar de l’utilisateur
tuber01
Membre
Messages : 4222
Inscription : 18 sept. 2011 08:31
Localisation : Ain - Bugey

Re: Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles

Message par tuber01 »

c'est juste une observation , ces 2 années là j'ai eu au moins un mois sans une goutte d'eau entre mi avril et à peu près fin mai. les brulé ont été virulents, et ensuite il y a des truffes en pagaille....
comme le dit Olive, après il faut voir si on est calé sur le même cycle car chez moi les pubs débourrent seulement fin avril et rien ne bouge avant fin aout (marques seulement en septembre).
peut être que je me goure complet et qu'il y a eu autre chose qui m'a échappé , tu n'es pas obligé de me suivre pierrot :)

Seb
contrairement au doute, seule la certitude rend fou
Avatar de l’utilisateur
tuber01
Membre
Messages : 4222
Inscription : 18 sept. 2011 08:31
Localisation : Ain - Bugey

Re: Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles

Message par tuber01 »

sur 2017 j'ai quasi eu rien (6+6mm) entre le 9 mars et le 24 avril. les totaux mensuels ne sont déjà plus assez précis pour évaluer la réalité du terrain. alors c'est vrai que c'était un peu plus tot qu'en 2011 où j'étais à 2*10mm seulement entre le 5 avril et le 31 mai.
et à chaque fois de grosses pluies ensuite (mai en 2017 et juin en 2011).
j'ai l'impression qu'un mois de printemps sec est à chaque fois très favorable pour les naissances derrière...

Seb
contrairement au doute, seule la certitude rend fou
Trufalou
Membre
Messages : 1168
Inscription : 12 août 2016 10:53
Localisation : Ardèche/Drôme

Re: Peut-on établir un parallèle entre truffières naturelles

Message par Trufalou »

AMBERIEU en Bugey
je ne sais pas combien tu es de la station

Pluie 2017
mars 54 mm
Avr 65 mm
mai 88 mm Et il n'a plu du 20 mai au 24 juin voilà
juin 34 mm
Répondre