Climatologie vue en 2021

Pour discuter comme au bistrot notamment de ce qui ne touche pas trop la truffe.

Modérateurs : phil, uncinat55, jacques 37, galistruffe

Jcrtruffe
Membre
Messages : 1685
Inscription : 07 déc. 2015 13:01
Localisation : lot et Garonne est quercyblanc

Re: Climatologie vue en 2021

Message par Jcrtruffe »

Bon vu que vos messages redeviennent courtois je vous livre ma façon de penser (qui n'engage que moi)

Un arbre jeune n'a pas besoin de fortement développer ses racines fines s'il n'est pas en stress hydrique , donc moins de nouvelles radicelles = moins de nouvelles mychorizes de l'année.

Une spore qui germe à deux solutions : soit elle trouve une place libre sur une radicelle et elle devient mère ou alors elle devient père en rencontrant un mycélium de mychorize.

Ce qui me fait penser que les naissances se font entre une mycho N-1 et le spore qui germe en N

Bien sûr il reste le problème de compatibilité des 2 types de Mats

Voilà comment j'imagine le processus , sans études spécifiques sur le sujet.

Mais ce forum permet d'échanger donc le débat reste ouvert :wink:
Si tes résultats ne sont pas à la hauteur de tes espérances dis toi que le grand chêne aussi, un jour a été un gland.
bion
Membre
Messages : 5702
Inscription : 10 févr. 2013 20:21
Localisation : Bouches du Rhône centre

Re: Climatologie vue en 2021

Message par bion »

Jcrtruffe a écrit : 26 sept. 2021 18:29 Une spore qui germe à deux solutions : soit elle trouve une place libre sur une radicelle et elle devient mère ou alors elle devient père en rencontrant un mycélium de mychorize.

Ce qui me fait penser que les naissances se font entre une mycho N-1 et le spore qui germe en N
Pour compléter, ton raisonnement ne tient pas compte de la reproduction végétative du mycélium. On peut retrouver la même "mère" plusieurs année de suite sur le même arbre.

La mycho peut être issue de la reproduction végétative d'un mycélium N- x et d'une spore.

Sur la production de racine fine, elle peut être induite par des facteurs mécaniques (plus de racines fines du coté sous le vent dominant) ou chimique (auxines produites par les bourgeons).

Un stress hydrique trop important va limiter le potentiel de croissance de l'arbre, le nombre de bourgeons, et la quantité de racines fines produites.

Michel.
stef@
Membre
Messages : 3198
Inscription : 21 janv. 2008 14:41
Localisation : entre perigord noir et quercy

Re: Climatologie vue en 2021

Message par stef@ »

Un arbre jeune n'a pas besoin de fortement développer ses racines fines s'il n'est pas en stress hydrique , donc moins de nouvelles radicelles = moins de nouvelles mychorizes de l'année.

J'ai une question sur ce raisonnement ci dessus pour que tu essayes de comprendre.
Penses tu que nos pépinièristes s'amusent à faire du stress hydrique à leurs plans pour avoir des mychoryses ?
Avatar de l’utilisateur
tuber01
Membre
Messages : 4899
Inscription : 18 sept. 2011 08:31
Localisation : Ain - Bugey

Re: Climatologie vue en 2021

Message par tuber01 »

et tu peux avoir des mycos année N qui se développent en mars / avril, et qui rencontrent ensuite des germinations de spores pères de l'année N en mai.

Seb
contrairement au doute, seule la certitude rend fou
Avatar de l’utilisateur
melano
Site Admin
Messages : 19994
Inscription : 03 janv. 2007 22:50
Localisation : Périgord noir

Re: Climatologie vue en 2021

Message par melano »

Il y a quand même aussi les mères les plus productives qui sont également les plus pérennes qui restent de nombreuses années sous les arbres. Là, pas de reproduction sexuée, juste de la multiplication végétative.

Il y a aussi les mandibules des insectes qui taillent, les pseudo hormones des champignons qui trompent les racines, les grains de sable, les vides du sol... Tout ça fait ramifier les racines indépendamment des conditions météo.

D'ailleurs, les bons trufficulteurs, qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il vente, ils produisent toujours la même chose d'une année sur l'autre. La météo est secondaire pour eux. Ils s'adaptent. Et ils savent pérenniser leur production d'une année sur l'autre même s'il pleut beaucoup un été. Ils arrosent juste moins que d'habitude.

Mais une année comme celle là, ils ne les aiment d'ailleurs pas forcément. Avoir des truffes quand tout le monde en a, c'est brader sa production. Alors que les années compliquées où les truffes sont rares, ce sont les roi du pétrole

Fred
Jcrtruffe
Membre
Messages : 1685
Inscription : 07 déc. 2015 13:01
Localisation : lot et Garonne est quercyblanc

Re: Climatologie vue en 2021

Message par Jcrtruffe »

eh bien voilà au moins on échange nos idées .... et ça c'est le principal
Si tes résultats ne sont pas à la hauteur de tes espérances dis toi que le grand chêne aussi, un jour a été un gland.
Jcrtruffe
Membre
Messages : 1685
Inscription : 07 déc. 2015 13:01
Localisation : lot et Garonne est quercyblanc

Re: Climatologie vue en 2021

Message par Jcrtruffe »

Je suis d'accord avec tout ce qui vient d'être écrit sauf l'exemple des pépis qui ne peut être comparé avec le mode de fonctionnement en milieu naturel.

Pour recentrer la discussion ma réflexion portait sur la relation climat / mycélium.

Les Espagnols ont mesuré que dans le bulbe humide d'un gouteur il y avait 500 fois moins de mychos.
Si la surface humide concernée reste très faible on peut imaginer les effets sur la surface totale d'un brûlé, ça deviendrait un génocide :(

Je ne peux me résoudre à croire qu'il y aura autant de naissances dans un brûlé avec 500 fois moins de mychos que dans un autre resté au sec pendant une période au moins.

De plus j'ai constaté en 2018 qu' une irrigation en Juillet et Aout de 15 mm tous les 10 jours faisait reverdir les brûlés alors que sur un autre rang irrigué 40 mm toutes les 3 semaines n'avait pas les mêmes effets.
j'en déduit que le mycélium est moins présent ou au minimum moins actif lorsque le sol reste humide à cette période là !(ce qui ne semble pas le cas en Mai et Juin période des naissances).

Je persiste à penser que les périodes sèches favorisent la création de nouvelles mychos et donc augmente le potentiel mycélien pour l'année d'après.

Voilà pourquoi j'ai avancé l'idée que le Quercy aura moins de naissances en 2022 que cette année.

Mais je ne pourrai jamais le prouver comme vous ne pourrez jamais prouvez que c'est pas vrai :D
Si tes résultats ne sont pas à la hauteur de tes espérances dis toi que le grand chêne aussi, un jour a été un gland.
Avatar de l’utilisateur
melano
Site Admin
Messages : 19994
Inscription : 03 janv. 2007 22:50
Localisation : Périgord noir

Re: Climatologie vue en 2021

Message par melano »

Illustration de la capacité des mulots à repérer les truffes... Un trou et dessous la truffe.
IMG_20210928_45520.jpg
IMG_20210928_45520.jpg (107.82 Kio) Consulté 655 fois
IMG_20210928_5793.jpg
IMG_20210928_5793.jpg (120.77 Kio) Consulté 655 fois
Fred
jj24
Membre
Messages : 1733
Inscription : 29 déc. 2018 18:54
Localisation : PAUSSAC 24310

Re: Climatologie vue en 2021

Message par jj24 »

Bonjour,

Bien jolie boule noire, qui j'espère ne sera pas mangé par les mulots! :cry:

Jcrtruffe, je pense que le coté "consommation d'énergie" des mycos/mycélium truffe joue beaucoup, dans le sens où il faut + d'énergie quand il y a + de concurrences, ex:humidité qui dure =mycos autres, moins de chaleur...
Ce qui peut provoquer moins de naissances et peut-être aussi un biotope moins favorable? Donc, autant se mettre au repos!? :lol:
JJR24
clovis
Membre
Messages : 1270
Inscription : 23 oct. 2016 07:54
Localisation : gard

Re: Climatologie vue en 2021

Message par clovis »

Moi je pense que les pèriodes de sécheresses favorisent l'extension du mycélium de mèlano au détriment des autres espèces mais en aucun cas les naissances, pour preuve aprés le gros coup de chaud d'il y a deux ans la plus part des arbres se sont mis à brûler l'annèe suivante
l'homme jeune va beaucoup plus vite que l'homme agé, mais l'homme agé connait le chemin !
Répondre